L’histoire a commencé depuis fort longtemps, les inimités entre Issa Ali Taher l’ex-directeur de cabinet d’Idriss Déby et certains de ses frères de Moussoro et du grand Kanem avaient fait jaser beaucoup de monde, et bien avant sa nomination à la présidence de la dictature. Aussi malin et manipulateur, le despote tchadien avait nommé Issa Ali Taher comme dircab au fort des concentrations politico-militaires au sud de la Libye. Les liens de sang entre Issa Ali Taher et un mouvement politico-militaire laissaient entrevoir la balance géopolitique que voudrait étendre Déby comme il a n’a l’habitude. Diviser les hommes au sein d’une même famille pour le pouvoir. Chemin faisant la position de Issa Ali Taher auprès de Déby faisait grincer quelques dents des natifs de Bahr-El Ghazel au sein du MPS. Les rapports pour services rendus entre coreligionnaires apparaissaient très faibles d’où les différentes rumeurs sur l’aspect physique du même Issa Ali Taher et ses accointances avec des mouvements rebelles. Mais dure est la traversée du désert… le dimanche 20 mai, selon notre investigation, une fiche serait déposée à la présidence accablant l’ex-dircab des faits et commentaires acerbes envers le régime qu’il venait de servir. Dans l’assistance qui poussait à la discussion, des pointes ennemies écoutaient les arguties des uns et des autres. Mais personne ne se doutait que ladite discussion serait transmise en haut lieu. Mardi 22 mai, d’après les mêmes sources les services de renseignements commençaient par épier les allées et venues de l’ex-dircab. La nasse commençait par prendre place diton. Seul au courant des choses, certains caciques au sein du MPS. Notre correspondant est formel, jusqu’au dimanche passé rien ne fut trouvé pour confronter Issa Ali Taher et attester de ses relations avec une officine ennemie quelconque. Idriss Déby a été mis au courant, mais les preuves tardaient à venir, jusqu’à ce que des pièges aient été mis par la plateforme de réseaux sociaux et des blogs de l’opposition. Un article incriminant l’ex-dircab a été posté, pourtant ledit article décousu, mal écrit, hors déontologie, attaquait quelques personnes identifiées du Bahr El Ghazel. Le linge sale a été étalé devant tout le monde. 2 jours après, un droit de réponse est tombé. Pour les détracteurs de l’ex-dircab, ce droit de réponse porterait la signature de Issa Ali Taher. Deuxième fiche à l’endroit d’Idriss Déby adressée le lundi dernier et selon plusieurs sources, elle émane de l’aide de camp de Déby, un certain Khoudar. Selon ceux ou celui qui étaient à la source de la fiche, on accuse Issa Ali Taher de violation des secrets de la présidence. L’arrestation a été actée mercredi soir et l’ex-dircab est gardé au frais dans les locaux des RG (renseignements généraux). Depuis hier jusqu’au moment où nous publions ce papier, rien ne filtre. Le travail d’investigation continue jusqu’à savoir réellement l’objet de l’accusation. Pendant ce temps, ses propres frères de la même zone sautent de joie. Idriss Déby tranchera.

Tchadanthropus-tribune

4433 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article