Elle durera trois jours et pourrait paralyser de nouveau l’administration
 
Les principales centrales syndicales ont décidé de durcir le ton. Selon leurs dirigeants, il n’y aura plus de négociations avec le gouvernement tant que les autorités de N’Djamena n’auront pas annulé les ”mesures punitives” imposées à certains travailleurs en raison de la grève. ”Nous avions donné quelques mois à la médiation religieuse pour aider les deux parties à régler la crise mais comme elle n’a pas marché, nous avons été obligés de reprendre la grève”, a notamment déclaré à BBC Afrique François Djondang, secrétaire général de l’Union des syndicats du Tchad. Il a précisé que c’est une ”grève sèche et sans service minimum” ajoutant qu’elle durera trois jours jusqu’à ce que son syndicat ait satisfaction.
 
 
© tchadoscopie.com 
Les administrations pourraient être paralysées
Selon lui, il y a des salaires qui ont été coupés et tout cela constitue des préalables qu’il faut aplanir avant d’arriver à une quelconque négociation. ”On a assorti notre mouvement à certains préalables pour des négociations. Nous avions trois responsables de l’UFC qui ont été condamnés à 18 mois de prison avec sursis et un million de Francs CFA d’amende. Nous avons des camarades de l’UST qui, pour fait de grève ont été affectés dans des provinces et nous avons certains de nos responsables régionaux qui ont été mutés de leurs postes”, a-t-il déploré.Pour éviter au pays la paralysie de l’administration, les médiateurs devraient se retrouver prochainement pour organiser une nouvelle rencontre entre gouvernement et travailleurs.

Les travailleurs du secteur public étaient en grève depuis la mi-juillet pour réclamer une augmentation de salaires. Ils avaient observé une pause d’un mois à la demande des dignitaires religieux.

BBC

 
 

 

242 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article