– La RDC assure la présidence de la CEEAC 

La capitale de la République démocratique du Congo abrite, le mardi 25 octobre, la deuxième session extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernements de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), a annoncé la présidence congolaise, lundi.

La réunion sera consacrée « exclusivement au processus de transition politique en République du Tchad, dans le cadre du Conseil de paix et sécurité de l’Afrique centrale ( COPAX) » et connaîtra « la participation des représentants des 11 pays membres de la CEEAC ainsi que du président de la Commission de l’Union Africaine Moussa Faki Mahamat », selon un communiqué de Kinshasa.

Le sommet extraordinaire devrait aboutir à la désignation d’un médiateur de la CEEAC en vue d’accompagner le processus politique au Tchad, selon la même source.

Le président Mahamat Idriss Deby, ses homologues Dénis Sassou-N’guesso du Congo (Brazzaville) et Faustin Archange Touadera de la Centrafrique ont confirmé leur présence à Kinshasa aux côtés de leur homologue Félix Tshisekedi de la RDC et président en exercice de la Communauté.

Ce sommet convoqué par Tshisekedi fait suite à la crise politique qui secoue le Tchad qui traverse une transition depuis la mort, le 20 avril 2021 de Idris Deby, remplacé par l’un de ses fils, Mahamat.

Une cinquantaine de personnes, dont une dizaine de membres des forces de sécurité, ont été tuées, jeudi dernier, lors d’affrontements opposant la police et les protestataires lors d’une manifestation de l’opposition contre la prolongation de deux ans de la transition par le pouvoir du président Mahamat Idriss Déby.

D’après le Premier ministre tchadien Saleh Kebzabo, les décès sont principalement survenus dans la capitale N’Djamena et dans les villes de Moundou et Koumra qui ont été mises sous couvre-feu de 18h à 06h jusqu’au « rétablissement total de l’ordre ».

Kebzabo a dénoncé une tentative de soulèvement armé pour prendre le pouvoir.

Ces affrontements ont éclaté après la prolongation pour deux ans de la transition qui devait s’achever jeudi dernier.

Fin septembre, Mahamat Idriss Deby a été maintenu à la tête de l’Etat jusqu’aux prochaines élections auxquelles il pourrait se présenter.

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a condamné « fermement » la répression des manifestations, appelant « les parties au respect des vies humaines et des biens » et à « privilégier les voies pacifiques pour surmonter la crise », selon un communiqué.

Le maintien au pouvoir du fils Deby a été décidé à l’issue d’un Dialogue national inclusif et souverain (DNIS) boycotté par une grande partie de l’opposition.

COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L’AFRIQUE CENTRALE PDF

Tchadanthropus-tribune avec AA

570 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire