Tous les observateurs sont d’accord pour dire qu’une grande partie des Tchadiens ne sont pas venus s’enregistrer au fichier électoral. Et si le gouvernement tchadien veut se donner un sens de crédibilité, il devrait reporter les échéances du 20 octobre 2020, date limite de clôture du recensement.

Lancée depuis le 1er octobre 2020, l’opération de révision du fichier électorale s’achève le 20 octobre conformément au calendrier de la Commission électorale nationale indépendante, CENI.

Hier, lors d’un entretien accordé à nos confrères de la radio Dja-FM, le leader de FAR Yorongar Ngarléjy indique avoir constaté des ratés dans cette opération de révision du fichier électoral qui se fait selon lui avec des matériels hérités de Morpho.

Yorongar déplore le manque d’engouement des populations à se faire enrôler dans certaines provinces surtout à Beibidja.

Pire les charrettes des paysans ont été réquisitionnées pour les déplacements des agents recenseurs à indiquer Yorongar Ngarléjy qui demande à Idriss Deby de ne pas se presser et n’organise plutôt un recensement général de la population.

À 48 heures de la fin de cette opération, nombre de citoyens interrogés indiquent qu’ils ne se sont pas fait enrôler sur la liste. Certains expliquent cette situation par le fait que quelques agents en charge de l’enrôlement ne maitrisent pas les machines et ils sont lents. D’autres par contre indiquent qu’ils ont perdu leur carte d’identité ou passeport donc impossible pour eux de se faire enrôler sans une de ses pièces.

Tchadanthropus-tribune

391 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article