L'opposant tchadien Ngarlejy Yorongar.
 
« Au centre des discussions du président tchadien avec M. Kabila, il y a le discours et l’attitude du président français François Hollande. » Pourquoi le président tchadien Idriss Déby s’est-il arrêté à Kinshasa, mardi soir, trois jours après avoir boudé le sommet de la Francophonie dans cette même ville ? Comment peut finir le bras de fer actuel entre le pouvoir et les syndicats tchadiens ?
Le député Ngarledji Yorongar préside le parti FAR, Fédération action pour la République. C’est l’une des principales figures de l’opposition tchadienne. De passage à Paris, il répond aux questions de Christophe Boisbouvier.
 

  

239 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article