Mes chers compatriotes.

Après une nuit passée à Moundou, nous avons repris la route pour N’Djamena avec le sentiment d’une mission bien accomplie. Il fallait venir à Moundou, car c’est ici que la crise post-électorale risquait d’exploser.

Le pouvoir MPS relayé par le gouverneur local intimident, terrorisent et arrêtent de paisibles citoyens dont le tort est d’être des militants de l’opposition. On diffuse insidieusement des rumeurs de préparatifs de tueries à grande échelle contre les musulmans et les nordistes.

Il fallait conjuré en venant s’adresser directement aux moundoulais et logonais. Chacun de nous a mis en garde contre une exploitation par le pouvoir de la naïveté des citoyens en demasquant dès maintenant les risques encourus. Déby, cela est connu, est à l’aise quand il ya des conflits et du sang.

La campagne du Mps n’est qu’une confirmation des propos de la campagne de Déby. Selon les régions, il parlait en langue locale, comme à Mao en Gorane, pour dissuader de voter pour un chrétien ou un kirdi pour le remplacer à la tête du Tchad. pour le remplacer à la tête du Tchad.

A court d’arguments, Déby est donc descendu très bas, au bas des pâquerettes pour se faire élire.

Et le Tchad ? Il n’en a cure.
 

Comment confier les rênes du pays à un individu qui n’aime pas l’unité nationale?

Il est definitivement disqualifié pour diriger ce grand et beau pays, qu’est le Tchad.

Enfin, je demande à toutes les filles et à tous les fils de ce pays, indépendamment de nos appartenances politiques, ethniques ou religieuses de demeurer sereins et vigilants.

Message posté sur Facebook par Saleh Kebzabo, chef de file de l’opposition tchadienne

176 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article