De source officielle au Tchad, le ministre de la Santé publique Mahmoud Youssouf Khayal annonce que sur 145 échantillons analysés, 35 nouveaux cas seraient confirmés alors qu’un des labos Covid-19 est tombé en panne. Il y aurait eu 23 malades guéris et malheureusement 09 cas de décès.

Sur 14 corps suspects testés, 08 personnes sont positives du virus. Le nombre total des malades au Tchad depuis le 19 mars dernier est de 357 sur 76 guéris et 40 décès. Ces chiffres ne prennent pas en charge les personnes qui ne sont pas passées par les hôpitaux, ou qui sont mortes sans qu’un test ne puisse être fait sur leur personne.

Selon nos sources citant la radio Dja FM, 08 villes de province ont été touchées par le Covid-19. Il s’agit du Batha, le Kanem, le Moyen Chari, le Logone oriental, le Logone occidental, le lac, le Ouaddi-Fira et le Ouaddaï.

En outre, plusieurs citoyens seraient appréhendés par la police à cause du non-port de masque qui est désormais obligatoire pour toute personne. Sauf que les forces de l’ordre font ces interpellations sans aucun respect pour les citoyens. Les interpellations se font avec une brutalité inouïe. Normalement, dans tout pays démocratique, les forces de l’ordre sont au service des citoyens. Elles doivent appréhender les citoyens en faute en leur faisant observer la loi sans aucune forme de brutalité quand il n’y a pas d’opposition en face.

Plusieurs citoyens de divers arrondissements se plaignent des attitudes néfastes de la police, ou des agents en patrouille quand ceux-ci tombent sur des cas hors loi.

Le ministre de la Sécurité doit régir obligatoirement une formation civique à ces forces de l’ordre quant à leur attitude envers la population qu’elles sont censées servir.

Tchadanthropus-tribune

996 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article