Débutée le 3 octobre, la formation des intervenants nationaux en réponses d’urgence à la crise à l’est du Tchad, organisée par le ministère de la Santé et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris fin ce 7 octobre à N’Djaména.

 

Pendant l’atelier, des traumatologues, pédiatres, gynéco-obstétriciens, médecins généralistes se sont relayés pour partager leurs expériences avec les participants. Ce qui rassure le secrétaire général du ministère de la Santé publique, Dabsou Guidaoussou.

« Le Tchad dispose à compter de ce jour, d’une équipe médicale d’urgence au même titre que de nombreux pays africains. Vous aviez amélioré vos connaissances dans l’estimation des risques, la prise en charge des patients, l’investigation rapide de plan B, mais aussi la rédaction des rapports d’investigation », détaille-t-il.

Ce n’est pas tout. « Vous êtes à mesure aujourd’hui de porter des équipements de protection individuelle, transporter en toute sécurité les malades dans les ambulances, les prendre en charge dans les lieux affectés. Vous êtes également en mesure d’assurer l’engagement communautaire pour mobiliser le soutien des populations à l’action », ajoute le secrétaire général, demandant aux bénéficiaires de s’auto-former et de partager avec d’autres équipes les connaissances acquises.

Les participants seront déployés dans les provinces où il y a des situations d’urgence telles que le Ouaddaï, le Wadi Fira, Sila, l’Ennedi. En date du 30 septembre, le ministère de la Santé publique a recensé 423.657 refugiés et 67.780 retournés qui ont fui la guerre au Soudan.

Le Tchadanthropus-tribune  avec Tchad info

875 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire