D’après nos investigations, le 16 septembre 2019 l’OMS a fait un ensemble de dons de 200 cartons de kit antipaludéen à la république, il s’en trouve que la grande partie de ces médicaments sont périmés et que la partie restante expire en septembre, octobre et novembre 2019, c’est-à-dire dans un délai de 3 mois à partir de sa date de réception. Chose contraire aux normes et directive des produits en moins d’un an.

La grande bavure est que le ministre de la Santé a réceptionné un document de l’OMS signé du représentant de l’OMS Dr Jean Bosco NDJHOKUBWAYO et que le ministre de la Santé Mahmoud Youssouf Khayal a contre signé sans vérification du cachet et de la date.

Quand le service du ministère a commencé par réceptionner, l’inspection générale de la santé s’est rendu compte qu’une bonne partie des médicaments est périmée. L’inspection a attiré l’attention du ministre qui a son tour interpellé le représentant de l’OMS, qui a promis de remplacer le produit.

Le ministre de la Santé aurait demandé à sa collègue du ministère de la femme d’envoyer son inspecteur général pour aider à vérifier les médicaments.

Le constat fait confirme clairement que la majorité des médicaments est périmée.

La direction générale de la santé a informé l’inspection générale d’État (IGE) et les services de l’ANS.

Prit de panique, le ministre Mahmoud Youssouf Khayal pompe une correspondance à la présidence de la république des Itno ou il annonce la réception d’un don le 15 septembre 2019 qui est un dimanche, et annonce qu’à la cérémonie de réception il y a la présence des membres du gouvernement alors qu’en dimanche jour férié, il était le seul qui avait reçu les documents sans les vérifiés.

D’après nos sources, à la demande du représentant de l’OMS, le ministre de la Santé a demandé le remplacement par décret N°212 du 20 mars 2020 le DG du ministère, Mr ROHINGALAOU NDOUNDO, mais il le ramène comme conseiller par acquit de conscience, sachant pertinemment que la faute ne revient pas au DG du ministère, Mr ROHINGALAOU NDOUNDO.

Comment peut-on expliquer aujourd’hui l’attitude légère et grave de faits des responsables qui ont en charge des départements aussi sensibles comme la santé dans notre pays.

Comment peut-on faire confiance à un ministre et à un représentant de l’OMS par ce temps de crise mondiale sur le CORONAVIRUS. Les ministres de la Santé sont souvent corrompus et ne connaissent pas la réalité sanitaire du pays. Leur nomination est justement politique, ce qui explique qu’aucun d’entre ceux qui sont nommés ne met en place un conseil de cadres médecins ou professeurs capables de coordonner et viabiliser un projet national sur la santé dans notre pays. Le pays tourne en rond, et les bailleurs ne veulent pas décaisser parce qu’ils ont de mauvaises informations d’un ministère qui lui même n’a aucune étude de fait et des réalités sur l’ensemble du territoire.

Il faut noter que le représentant de l’OMS au Tchad Jean Bosco NDJHOKUBWAYO n’est pas crédible puisqu’il s’appuie sur un consultant burkinabé du nom de Frank Edgard ZONGO qui lui-même est moins crédible dans le domaine sanitaire. Le représentant de l’OMS au Tchad Mr Jean Bosco NDJHOKUBWAYO avait été intérimaire dans 4 pays (Burkina 9 mois, Algérie 4 mois, Mozambique 3 mois et Zimbabwe 3 mois) sans avoir la confirmation d’être représentant sauf qu’au Tchad où sa confirmation a été faite en 48 heures parce qu’il connaît l’ex SGA de la santé.

Le gouvernement du Tchad doit faire attention, car on ne joue pas de cette manière avec la santé des citoyens. Les complaisances et les permis d’entreprendre avec légèreté peuvent avoir de graves conséquences sur la vie d’une population.

Il faut rendre un hommage appuyé au service qui ont décelé les médicaments périmés et qui ont informé leur hiérarchie, car la responsabilité première dans cette affaire incombe au ministre de la Santé Mahmoud Youssouf Khayal qui réceptionne un don d’un organisme comme l’OMS en catimini, et un dimanche, alors qu’il devrait s’entourer des cadres de son ministère.

Ce genre de faute ne devrait point se produire.

Don Médicaments Périmés de l’OMS au MSP Tchad PDF

Principes Directeurs Applicables aux Dons de Médicaments PDF

 

Tchadanthropus-tribune

1815 Vues

  • Je me demande comment ce dossier revient encore sur votre site alors que, me semble-t-il, tout aurait été jugulé depuis plus de six mois. Et si on cherchait plutôt à s’accorder sur les meilleurs moyens de résoudre le problème lancinant actuel que la lutte contre le coronavirus?

    Commentaire par Prof Avocksouma Djona A le 23 mars 2020 à 13 h 12 min
  • L’heure est à la mobilisation collective pour faire face en bloc au Pathogène Potentiellement Mortel, le COVID-19

    Y’a-t-il de véreux personnages qui convoitent le poste ministériel ?
    Y’a-t-il un réseau mafieux en complicité avec le représentant de l’OMS au Tchad qui a détourné purement et simplement les bons lots et remplacer ces derniers par les lots périmés ?
    Son excellence Monsieur le Président de la République du Tchad doit, sans délai aucun, demander le remplacement immédiat de ce coopérant de l’OMS. C’est un crime grave contre le Peuple tchadien de la part de ce coopérant de l’OMS au Tchad !
    Son excellence Monsieur le Président de la République du Tchad doit absolument procéder à une enquête approfondie afin d’identifier s’il un complot contre la personne de Monsieur le Ministre de la santé.
    En effet, les règlements de comptes, les sabotages, les envies/convoitises et cabales/complots affectent lourdement la stabilité le bon fonctionnement des Institutions de la République du Tchad !
    Notre Pays le Tchad fait face à la grave situation sanitaire mondiale. L’heure est grave, compte tenue de la capacité de nos structures sanitaires et les moyens dont disposent le Tchad, c’est le moment d’œuvrer, tous ensemble avec une solidarité nationale sans faille, pour faire face à cette situation sanitaire, en se protégeant et protéger la Nation tchadienne !

    Commentaire par GOUVERNANCE le 24 mars 2020 à 8 h 43 min