La tension actuelle entre Daoussa Déby Itno et Haroun Kabadi est la suite logique de la crise qui a conduit à l’éviction de Zène Bada du MPS.

En effet, au lendemain du décès du Maréchal Idriss Déby, un groupe des caciques du MPS avec à leur tête Moussa Faki Mahamat et Daoussa Déby auraient voulu positionner quelqu’un pour gérer la transition en lieu et place de Mahamat Idriss Déby. Malheureusement, le groupe des militaires soutenu par Gal Idriss Youssouf Boy et Abdelkerim Charfadine Beguéra ont imposé le patron de la DGSSIE qui est en position de force grâce à l’unité d’élite qu’il commande.

Cette couleuvre consommée, l’équipe composée entre autres de Adoum Younousmi, Zène Bada et Abbas Tolli voulait s’appuyer sur le parti pour préparer l’après transition. Chose vite perçue par l’entourage de Mahamat Idriss Déby.

Des manœuvres de déloger Zène Bada avaient commencé mais ce dernier a résisté. C’est ainsi qu’il a refusé d’organiser le congrès que la présidence lui avait demandé de faire par l’entremise de son ennemi juré Aziz Mahamat Saleh. Ce dernier a profité de son voyage pour précipiter le congrès et mettre ainsi en isolement celui qui se croyait tout puissant au sein du MPS mais dont les pratiques de clientélisme et surtout la promotion de canapé pour les femmes et leurs proches ont réussi à faire éloigner de lui-même ses proches parents. Notre source nous assure que les proches de Zène Bada ne disaient rien parce qu’ils avaient peur de sa capacité de nuisance. Il est prompt à anéantir toute voix discordante. D’ailleurs ce n’est pas fortuit qu’ils étaient tous dans la salle du congrès.

A la veille du congrès, une délégation des enfants du défunt président c’était approchée de Daoussa pour lui demander de faire profil bas et ne plus pousser son poulain Moussa Haroun Tirgo à s’agiter. C’est ainsi qu’il a accepté même de participer au congrès.

Malheureusement, n’ayant pas été impliqué plus que ça, il profite de son séjour actuel en France pour renouer avec ses complices afin de déstabiliser le régime de son neveu. Le clan des Itno ont du mal à accepter qu’un fils adoptif soit héritier du fauteuil présidentiel qu’ils estiment être un bien du clan.

 

N’ayant aucune notion républicaine et des règles de démocratie, les proches de Deby ont du mal à accepter que ce soit leur neveu adoptif qui soit l’héritier du trône pour lequel ils se sont battus et ont perdu des frères. Quant à Mahamat Idriss Deby, il ne compte pas s’entourer de ses oncles qui refusent de le reconnaitre comme légitime. Il veut donc faire un peu de ménage autour de lui en faisant appel à du sang neuf pour diriger le pays.

Il est clair désormais que les vrais ennemis de Mahamat Idriss Deby ne sont pas ceux qui sont loin mais ses proches.

Le refus d’acceptation par le gouvernement Tchadien de l’émissaire de l’Union Africaine est aussi dû au fait que ce dernier serait un choix de Moussa Faki Mahamat, président de la commission de l’Union Africaine.

Aux ennemis de Mahamat Idriss Deby, il y a un Zakaria Deby qui rumine sa rage en secret. Il refuse jusque-là de reconnaître son frère adoptif comme président. Il semble être le prince à qui la France a volé l’héritage pour donner à un autre.

Malheureusement Zakaria semble être très isolé dans le clan. Il n’a le soutien de personne car tout le clan semble le trouver très irresponsable pour gérer quoi que ce soit. Il serait le seul actuellement proche de l’ancienne première dame avec qui il croit s’allier pour espérer renverser son demi-frère.

Abdelkerim alias Kerimo est resté à son poste et continu à apporter son soutien à son demi-frère président. Il garde espoir d’être désigné le prochain candidat du MPS pour les prochaines élections présidentielles à la fin de la transition militaire qui semble être parti pour au moins 36.

En 36 mois, tout peut arriver. Mahamat Idriss Deby commence par avoir de l’appétit dans le fauteuil présidentiel qu’il occupe depuis 3 mois.

La guerre au sein du clan aura-t-elle lieu ? L’avenir nous le dira

Abel Maïna alias Maïna Fils.

1073 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire