Voilà 10 ans qu’un certain colonel Baradine, qui serait le beau-frère d’un certain Ahamat Bachir selon certaines sources, et qui exerce comme chef de fond de bascule mobile au sud du pays. Il serait nommé d’après les mêmes sources quand l’ex super ministre était aux affaires, au ministère de l’Intérieur et à la Sécurité.

Colonel Baradine, aux dires de plusieurs commerçants de la partie méridionale, érige des barrières aux péages où passent les gros porteurs, mais aussi à tout lieu susceptible d’emmètre un flux de passage des véhicules de commerçants.

Le système d’arnaque est minutieusement étudié et rodé. Il suffit de placer sur un même itinéraire plusieurs barrières sur les routes et faire payer les propriétaires des véhicules prétextant une surcharge. Aucun matériel ou appareil électronique pour vérifier le réel poids du véhicule, tout est fait à l’œil. Le commerçant pris dans le sac paye à chaque barrière 150.000 FCFA.

Pour comprendre l’arnaque, que les agents de contrôle d’État aillent voir :

– Le péage à l’entrée de la ville de Moundou,

– Le péage à l’entrée de Kélo

– Le péage sur le pont Djoumal

– Le péage à 70 km de Moundou vers la frontière avec le Cameroun

– le péage de Andoum.

 

Est-ce que l’argent qui est pris sur les commerçants est reversé au trésor public, où simplement sans aucun élément de contrôle, cet individu décrié s’en met dans les poches en toute impunité ?

Comment veut-on laisser prospérer nos entrepreneurs s’il fallait les taxer à chaque 100 ou 150 km ?

Les services de l’État s’il en existe doivent remettre de l’ordre dans toute sphère qui permet de faire rentrer de l’argent. Il faut aussi assainir le circuit des barrières et péages de manière à ne pas exagérer sur les taxes. Un commerçant, quel qu’il en soit ne peut pas tenir si on le spolie de cette manière sur le territoire national.

Les prédateurs de la République sont partout et ne baissent jamais les bras puisqu’ils savent qu’ils ne seront jamais punis. Pendant combien de temps les Tchadiens devront accepter d’être colonisés dans leur propre pays ?

Une ethnie, une communauté ou un groupe de personne n’a nullement le droit de s’ériger en gangsters sur les autres tchadiens. Dans le réel, et dans l’absolu, nul ne peut se prévaloir au-dessus de la loi et des autres citoyens. Ceux qui représentent la loi ne doivent pas en abuser ou l’interpréter illicitement.

Ce colonel Baradine doit être appréhendé et interrogé si les preuves sont établies, ou encore les commerçants qui subissent cette injustice doivent aller le dénoncer auprès de la Justice, même si celle-ci demeure corrompue et malléable. 

Tchadanthropus-tribune

3588 Vues

  • Au Tchad, on peut tout voir, il y’a des gens qui se croient tous puissants, et que rien ne peut les intimider. Mais ils se trompent, l’histoire les rattrape toujours. C’est le laxisme qui tue notre pays.

    Commentaire par Ndilnodji Richard le 19 novembre 2019 à 15 h 37 min