Abbas Kayangar                                                       Montréal, le 17 avril 2017

 

Objet : lettre ouvertes au ministre de la justice et au ministre de la sécurité et au Procureur de la République,

 

Messieurs les ministres,

 

Avant tout, permettez-moi de vous dire que si vous étiez dans un pays normal, vous n’allez pas garder vos postes car, vous serez acculés à la démission suite à l’exécution programmé des prisonniers et quelques éléments de leur escorte. Vous affichez votre incompétence notoire toute honte bue, imbus de votre arrogance et cautionnant avec allégresse sans aucune moralité de la souffrance de ce vaillant et stoïque peuple du Tchad. Pauvre Tchad! Je me porte volontaire et bénévole pour vous donner une formation sur la sécurité et le transfèrement de prisonniers à haut risque (une parenthèse!).

Messieurs les ministres, monsieur le Procureur de la République pour le commun des Tchadiens, on ne comprendra pas comment se fait un transfèrement de prisonniers à haut risque mais, pour les hommes de sécurité qui nous sommes, nous savons les règles élémentaires pour mener d’une manière idoine et sécuritaire un transfèrement à haut risque de prisonniers. On ne doit s’étonner qu’un convoi de prisonniers ait été attaqué dans la nuit du mardi 11 avril au mercredi 12, pour le cas d’espèce où le convoi transportant ces hommes présumés auteur ou complices du meurtre du général Adoum Souleymane, il ya eu grave manquement et complicité avérée sur tout le processus de transfèrement de ces prisonniers dont le principal présumé suspect, le colonel Souleymane Allamine. On a tout simplement ordonné d’exécuter les prisonniers!

Soyons sérieux et honnêtes avec nous-mêmes, ces hommes ont été tout simplement condamnés à une exécution sommaire, sans aucune autre forme de procès. Pour des gens comme nous, qui avons une modeste expérience dans le domaine, la première question à se poser est celle de la sécurité autour du déplacement, et du moyen de transport à utiliser. Pour quoi, n’a-t-on pas tout simplement utilisé les moyens aériens comme un avion, un hélicoptère et/ou de véhicules blindés s’il s’agit de transfèrement par la voie de surface?

Messieurs les ministres et experts yéyé en sécurité pourquoi et pourquoi encore pour éviter tout risque d’évasion ou d’attaque par de potentiels complices, sur le parcours du convoi, n’avez-vous pas pris les dispositions nécessaires? Pourquoi et comment a-t-on foulé aux pieds comme du papier hygiénique souillé de matière fécale, la moindre des règles sécuritaires de maintenir secrets, la date et l’heure du transfèrement, ainsi que les moyens humains, le type de transport et les armes mises à disposition? Je suis réconforté à 100% dans ma conviction que ces prisonniers ont été condamnés d’avance à une exécution.

 

Messieurs les ministres et les soi-disant responsables de sécurité, le plus séniles des Tchadiens doit se poser beaucoup de questions avant de décider de transférer des prisonniers aussi sensibles que ceux exécutés (je pèse mes mots : exécutés!) par la route vers un lieu désertique (un convoi a découvert), une solution peu couteuse mais particulièrement à risque, à moins que le sort des prisonniers ait été décidé autrement que de les garder à Koro Toro. Je le répète encore avec force conviction, qu’à mon humble avis, le sort des prisonniers a été scellé bien avant et leur mise à mort n’est que l’exécution d’un ordre strict et formel bien fait.

J’ai gardé le silence pendant plusieurs jours mais, resté indifférent face à monstruosité, est une offense au bon sens, et aucunement n’honore pas ma dignité, ma moralité et l’amour du métier de la sécurité publique qui bouillonne dans tout mon être. Honte à vous tous qui ternissez l’image de la police, de l’armée et de la justice. Honte à vous qui massacrez le Tchad à petit feu…

Honte à vous messieurs les ministres et vos soi-disant officiers de sécurité car, même un simple quidam mis en situation pour le cas d’espèce, doit penser que réaliser le transfèrement par les airs, par avion ou hélicoptère, sera le moyen le plus sûr, mais aussi plus simple en termes de sécurisation du parcours. Pourquoi ne pas transporter ces hommes par les airs, seul moyen pouvant limiter au maximum le risque d’attaque ou d’évasion, réduisant ainsi la distance terrestre à baliser. Je jure la main au cœur, que ces hommes sont condamnés d’avance a une exécution et une machine s’était mise en branle depuis les donneurs d’ordre, en passant par la prison d’am-sinéné jusqu’au lieu de ravitaillement des assaillants et le lieu désigné pour l’attaque. Il est fort possible qu’un ou plusieurs complice(s) se trouvent parmi les éléments d’escortes.

Monsieur le Procureur, arrêtez vos shows de clown mal raser et boiteux que vous êtes, arrêtez vos mimiques comme au bon vieux temps du groupe choc d’animation politique car, personne n’est dupe au Tchad, si vous l’êtes, nous ne croyons aucunement à votre parodie de justice car, les véritables auteurs ne seront jamais inquiétés par vous et vos nervis, vous allez tenter de nous faire avaler un spectacle de mauvais gout, fade et grotesque en faisant condamner d’autres personnes à la place des auteurs et de leur donneur d’ordre.

Messieurs les ministres, messieurs les soi-disant officiers sans aucune déontologie, que Dieu sauve le Tchad et ses fils des prédateurs incompétents et clownesques que vous êtes.

 

ABBAS Kayangar.

1344 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article