Le gouvernement de monsieur PAHIMI DEUBE a connu un léger réajustement par le départ de monsieur Abdoulaye Abakar, Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de l’Emploi. Deux autres membres du gouvernement ont été mutés et échangé leur poste.

Que retenir de cet réaménagement à par le fait que jusqu’à maintenant le Président de la République n’a pas une maitrise des nominations au poste de ministre. Sinon comment comprendre que les critères de compétence et d’expérience ne sont toujours pris en compte lors de ces nominations. Nous ne parlons pas du nouvel entrant à la fonction publique qui possède les compétences, l’expérience et la technicité requises.

Mais je voudrais rappeler simplement une évidence simple que tous les enfants du Borkou expriment depuis longtemps : le retour souhaité de Monsieur MAHAMAT BECHIR OKORMI, irremplaçable ex. Ministre de l’environnement. C’est par la compétence, la clairvoyance, la personnalité et les projets innovateurs de Monsieur MAHAMAT BECHIR OKORMI que le Ministère de l’Environnement a connu une telle célébrité et un tel engouement. Sans les efforts surhumains de ce haut cadre, le ministère de l’environnement ne serait pas ce qu’il l’est actuellement. Pourtant, ce cadre végète actuellement à un poste qui ne correspond en rien à sa valeur et à son profil.

Pourquoi, dans ce pays l’effort n’est pas récompensé à sa juste valeur. Un tel cadre ne mériterait-il pas plus qu’un poste de conseiller technique à la présidence ? Les enfants du Borkou veulent que les compétences de ce ministre, ex. Chef de fil du Borkou soient reconnues et appréciées à sa juste valeur par le Président de la République. C’est un appel des fils du Borkou dont je me fais le porte parole.

Je profite de l’occasion pour féliciter le Chef de l’Etat pour le choix de monsieur PAHIMI DEUBE qui, malgré les critiques de certains éternels insatisfaits, a fait ses preuves et montré sa compétence. Mes remerciements vont également à l’endroit du Ministre de la Santé dont le profil correspond au poste occupé. Il est l’incarnation même de l’expression : « un homme qu’il faut à la place qu’il faut ». Malheureusement, cette expression n’est pas appliquée lors de la constitution des gouvernements car beaucoup de nos ministres actuelles ne sont que des figurants perdus au sein d’un cercle dans lequel ils ignorent presque tout.

 

Saleh Sougoudi Kellemi

Téléphone: 66666666

Adresse : goudji

Code postal:

Ville : N djamena

Email : redactionfils@yahoo.fr

 

276 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article