Sujet de Sa Majesté le général président, Senoussi Mahamat Ali, ce magistrat formé au Maroc a atteint les sommets grâce au populisme qu’il a entrepris auprès de certains proches du clan. Abbas Mahamat Tolli était son mentor, c’est lui qui lui a permis de mettre les pieds à bien que feu Mahamat Ali Abdallah lui a balisé le terrain quand il venait d’arriver du Maroc. Individu pédant, c’est un homme qui jauge les intérêts et sacrifie facilement les amitiés. Ne compter pas sur lui pour attendre une amitié loyale, il vous laisse sur le bas côté et agape l’opportunité. Du clientélisme au népotisme, il gravit les échelons grâce aux opportunités que lui lèguent les proches du clan. Ceux qui avaient travaillé avec lui à l’époque à la BCC (Banque commerciale du Chari) affirment sans complaisance qu’il aurait détourné des sommes d’argent à hauteur de 300 millions de FCFA, de scandale jusqu’à son éviction de la BCC, il atterrit comme secrétaire général au ministère des Finances grâce au sieur Abbas Mahamat Tolli. Plus tard, il fut débarqué de ce poste et il finit par atterrir au ministère de la Justice. Beaucoup ne savait rien, mais si vous aviez entendu parler des trafics des documents affairant aux frais de mission c’est encore lui. Plus royaliste que le roi, il chante l’éloge du régime pire qu’un griot qui veut se faire remarquer. Pendant une réunion au ministère de la Justice, il s’est pris à menacer nos compatriotes qui lisent les réseaux sociaux et les sites et blogs de l’opposition, “ Nous allons voter une loi, pour envoyer en prison ceux qui sont ici avec nous et qui se connectent tous les jours sur les sites de l’opposition “ dit-il devant une assistance médusée. “ Ces gens qui se trouvent à l’étranger insultent et écrivent des faussetés sur notre président “ renchérit-il. Mais son vrai visage apparut depuis qu’il fut nommé inspecteur général de l’État. Il a été nommé non plus parce que c’est le plus futé ou que son profil est le meilleur. Dans ce milieu assez fermé, tout le monde sait qui a œuvré pour qu’il atterrisse là. Quand son nom fut avancé à Idriss Déby, on le présenta comme un militant exemplaire et intègre, mais avec de tels individus, chassez le naturel, il revient au galop. Le voilà épinglé par ses propres collègues qu’il a honteusement grugés, pire encore, on l’accuse de détournement. Avec Idriss Déby vous pouvez chanter à suffisance, mais une seule épine finit par vous rendre boiteux. Il fut débarqué de son poste d’inspecteur général d’État, et conduit quelques jours plus tard dans les cellules de la police pour implication dans une affaire d’escroquerie. Il saura se défendre avec comme l’ont fait tous les voleurs de la république, accusés un jour, et tacitement graciés pour d’autres promotions. Ainsi fonctionne le Tchad sous le joug du régime MPS… À suivre.

 

Tchadanthropus-tribune

1977 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article