Le Centre d’études pour le développement et la prévention de l’extrémisme (CEDPE) a lancé ce 4 janvier 2023, une table-ronde sur « les techniques de prévention des conflits et le rôle de la société civile dans la promotion des valeurs démocratiques au cours de la période transitoire du Tchad ».

Ladite table-ronde a eu lieu au CEFOD, en présence de plusieurs personnes dont les ambassadeurs de certaines chancelleries présentes au Tchad. « Le choix de ce thème ne relève nullement du hasard (….) notre pays traverse une période charnière de son histoire depuis avril 2021, après le décès tragique du regretté Maréchal Idriss Deby Itno », rappelle Dr Ahmat Yacoub Dabio, président du CEDPE.

Il ajoute que « depuis cette date, le pays est engagé dans une phase de transition politique marquée par un certain nombre de rebondissements. Si d’une part des avancées notables et fort appréciables sont observées, d’autre part, certains paradigmes laissent encore à désirer.

Entre 2021 et 2022 par exemple, l’on a assisté à une spirale de violence qui a conduit à une large effusion du sang », poursuit-il. « Les acteurs de la société civile joue de plus en plus un rôle essentiel dans les discussions, les initiatives et les programmes visant à promouvoir la paix et la sécurité.

Cette table ronde ne permettra pas non seulement à renfoncer les capacités des participants dans la promotion des valeurs démocratiques auprès des populations en cette période de transition, mais aussi de repenser les manières de le faire », rassure le président Ahmat Yacoub.

« Au regard de cet état de faits, il y a une forte nécessité de créer un cadre de réflexion pour entretenir des débats, devant conduire à des recommandations et des résolutions pour prévenir voire stopper la violence sous toutes ses formes », renchérit Dr Ahmat Yacoub Dabio. Il estime que « la thématique d’aujourd’hui met aussi en exergue, le rôle de la société civile dans la promotion des valeurs démocratiques, vu le rôle décisif qu’elle joue dans la consolidation de la démocratie dans nos Etats africains.

Elle a gagné en visibilité et en influence dans les domaines de la prévention des conflits et de la consolidation de la paix partout dans le monde ». Il faut rappeler que cette table-ronde sur les phénomènes des conflits au Tchad se tient dans un contexte national marqué par une spirale des violences dans toutes les provinces du pays.

Le bilan des différents conflits qui ont eu lieu en 2022 n’est pas pour ainsi dire reluisant lorsqu’on compte plus de 20 civils morts au mois de janvier à Abéché, plus de 15 morts à Sandana en février, 207 morts dans la zone aurifère de Kouri Bougoudi au mois de mai, plus de 100 morts à Mangalmé au mois de septembre.

 

Le bilan n’est exhaustif, tant les affrontements armés ont eu lieu intensément et de façon sporadique dans plusieurs localités du pays. Les pertes en vies humaines dues aux conséquences de la transhumance et des tensions intercommunautaires au Tchad en 2021 sont aussi particulièrement lourdes, avec 24 incidents signalés à travers le pays. Les affrontements auraient fait 309 morts et 182 blessés, plus de 6500 déplacés sans compter les destructions des biens et des moyens de subsistance.

Selon une étude menée par le cluster Protection dans la province du Lac en juillet 2021, les principales raisons des tensions intercommunautaires sont entre autres : l’accès aux ressources économiques (49%), l’accès à la terre (21%) et l’accès aux services (11%). Le Centre d’Études pour le Développement et la Prévention de l’Extrémisme, est une structure associative, apolitique, indépendante, une sorte de Think Tank, un laboratoire d’idées.

Fondé grâce à un groupe des cadres, il est un pôle d’expertise dans le cadre d’études et de recherche sur les causes et conséquences des maux qui minent la stabilité sociale. Il est devenu une référence au Tchad et ailleurs dans le domaine de la prévention de la radicalisation, de l’extrémisme violent, de la gestion des conflits inter et intracommunautaires, la stabilisation et le renforcement de la paix.

Le centre mène depuis sa création en 2012, des activités qui sont entre autres : la descente sur le terrain pour mener des enquêtes, la publication des ouvrages, la publication d’une revue scientifique trimestrielle intitulée « SALAM », l’organisation des ateliers, des conférences débats et participe aux travaux d’études avec des partenaires dans son domaine technique d’expertise.

 

Le Tchadanthropus-tribune avec Alwhida

2239 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire