De source bien renseignée, la SHT (société tchadienne d’hydrocarbures) vit des jours très difficiles.

Une source auprès de l’entité qui mène l’enquête affirme que dans les jours qui suivront, la police judiciaire ira interpeler plusieurs responsables de cette boite, en plus de quelques responsables de banques de la place.

Vrai ou faux, il se murmure qu’il y a des visages très connus qui seraient impliqués dans des opérations qui pourraient être comprises comme douteuses attraits à de détournement de grande échelle.

Selon les informations reçues auprès des enquêteurs qui requièrent l’anonymat, plusieurs mouvements de grosses sommes d’argent émanant de ladite SHT (Société des Hydrocarbures du Tchad) auraient été détectés.

On évoque un enjeu financier de plus de 8 milliards de FCFA.

Desdits virements auraient été bloqués puisque tous les comptes de la SHT (TCHAD & étrangers) ont été gelés pour l’instant pour le besoin de l’enquête.

La décision a été prise par le ministre du Pétrole (Oumar Torba Djarma) qui a instruit tous les responsables ayant contact avec les finances de ne procéder à aucune opération et bloquer toute opération en cours à la date du 05 mai dernier. De même les responsables des banques de la place ont reçu l’ordre de suspendre toute opération financière ayant lien avec la SHT.

Une source parallèle implique que les importants transferts d’argents ne pourraient se faire sans que les responsables de la BEAC au Tchad ne soient au courant. Mais l’enquête en cours cherche à déterminer cette information. Les mêmes sources affirment que l’éviction actuelle du directeur national de la BEAC (Annour Mahamat Hassan) n’a rien à voir avec l’affaire pour l’instant. La décision de le remplacer aurait été prise depuis le vivant d’Idriss Déby, d’ailleurs la décision était dans le parafeur de la présidence, et le cabinet civil serait bien au courant.

C’est le fait que les responsables de la BEAC N’Djamena qui n’avaient pas tiré la sonnette d’alarme sur les pratiques (jugés frauduleux) des responsables de la SHT avec les banques de la place qui met les projecteurs sur la BEAC N’Djamena. Le fait que Annour Mahamat Hassan n’est pas dénoncé cela lui porte l’index pour le moment.

Comme le pouvoir actuel, qui est la continuité du pouvoir MPS n’a jamais de secret, le Tout-N’Djamena spécule sur des arrestations à venir, mais avec ce nouveau régime, tout est étudié en ce temps où les alliances tribales et communautaires se mettent en place, et rien ne se fera au hasard.

Malgré l’absence de certains cadres de la SHT sur le territoire national, on apprend que la sortie hors du territoire tchadien des cadres sur place est strictement interdite afin que lumière soit faite sur cette affaire.

D’ici là, les lobbys ont investi leurs états-majors afin de parfaire les pièces à conviction. Regardons d’abord et jugeons après.

Tchadanthropus-tribune

1537 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire