Selon les sources autorisées, Le DG d’ORABANK aurait livré plusieurs noms au ministère des Finances. 2 DG et un directeur de service seraient impliqués.

L’opération de détournement des sommes colossales à la SHT s’est faite par des cadres complices qui auraient été arrosés à leurs tours.

Par ailleurs, Mamadou Bass donne plusieurs versions que la brigade d’investigation de l’ANS est en train d’être recoupée. Le duo du DG Kogri et DGA Beguera de l’ANS ne lâchent pas prise.

Comme nous vous l’avons promis, parmi les noms visés se trouve un certain NDO Grabendo, fils d’un ancien préfet à Sarh et ex-directeur de cabinet à la SHT qui a perçu 2 milliards de 800 millions FCFA. Un autre Abdelbassit Abdelhak a touché 2 milliards 700 millions de FCFA.

La Cour Suprême serait saisie pour se pencher sur les cas des ministres dont les noms sont évoqués dans l’affaire de scandale SHT.

Le retour du PCMT d’Abou Dabi va accélérer les procédures, et peut-être influencer son ancien secrétaire particulier à se mettre à table pour dire son degré d’implication dans cette affaire, puisque jusqu’à là Idriss Youssouf Boy refuse de parler, et selon nos informations ses parents et certains généraux influents refusent qu’il soit torturer ou brutaliser. Il serait en cellule sous bonne garde, en attendant que toutes les interpellations aboutissent avant toute confrontation.

En tout cas avec tous ces milliards de FCFA détournés, il ressort qu’Orabank a violé les règles qui régissent le système financier du pays ainsi que de la sous-région, la zone CEMAC. Il s’agit entre autres de la traçabilité, l’ouverture des comptes, provenance et destination des fonds.

Soyons patients, la liste continue

Nous reviendrons avec d’autres détails.

Tchadanthropus-tribune

3439 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire