L’incendie qui s’est déclenchée le lundi 24 octobre 2022, à la direction des ressources humaines du ministère de la Communication à l’avant-veille d’un remaniement ministériel commence à interroger et fait jaser plusieurs cadres au sein du ministère de la communication.

Le bâtiment a été complètement consumé au point d’avoir enseveli toute la documentation existante.

Ce qui étonne plus d’un est qu’aucune plainte n’a été déposée contre X afin de savoir si l’origine est criminelle, intentionnelle ou simplement le fruit d’un pur hasard.

Combien de documents se sont volatilisés dans cet incendie ? Y a-t-il des preuves que quelqu’un voudrait supprimer ?

De toutes les manières l’État ne doit pas accepter de laisser par perte et profit s’évaporer ses biens, ses registres, et toute sa documentation.

Le nouveau ministre doit éclaircir ses compatriotes sur ces genres de pratiques très malsaines, laissant les Tchadiens interrogatifs. C’est toujours le Tchad qui perd au détriment des gens cupides.

Un agent très remonté de l’ONAMA

Correspondance particulière

669 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire