Après nos recoupements, l’IGE a suspendu quelques cadres de la SNE. La mission aurait été décidée depuis un moment face au délestage intempestif de l’électricité sur les quartiers de la ville de N’Djamena.

La mission de l’IGE concerne la gestion financière du fonds du plan d’urgence alloué à ladite société (SNE). Si dans sa démarche l’IGE à éviter de suspendre un certain Hamid Djimino Djouma pourtant sur toutes les lèvres des N’Ndjaménois, l’IGE a suspendu plusieurs employés. Ce dernier aurait refusé de se faire auditionner par la police judiciaire, un citoyen, désigné cadre (DGA-SNE) de l’État qui refuse de se plier à la loi, certainement à cause de sa proximité avec le défunt ex-président Idriss Deby. Il serait l’époux d’une de ses filles.

Plusieurs responsables de la SNE sont suspendus parmi lesquels :

  • Le directeur de la production électrique
  • Le directeur des affaires administratives et financières.
  • Le directeur de transport.
  • Le responsable de la centrale de Farcha.
  • Le responsable de la centrale de Djambal-Bahr.

45 jours durant cette mission, l’IGE a évité avec astuce Hamid Djimino Djouma, citer dans plusieurs malversations de citernes de carburants. On parle de disparition de Gas-oil, puisque dernièrement les services de contrôle ont pris en flagrant délit le détournement de 2 citernes de Gas-oil. Les fautifs n’auraient même pas été appréhendés.

La justice ne doit pas être à géométrie variable. Il faut que les forces de l’ordre aient le courage d’effectuer leur travail, quelles que soient les conséquences. C’est cette peur d’exécuter les principes de lois face aux régents du pouvoir qui laisse prospérer l’impunité. Et ce sont ces genres de méthodes qui laissent prospérer la mauvaise gouvernance.

Tchadanthropus-tribune

784 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire