L’aile plaignante et récupéré par le régime Déby estime que le malaise qui s’est transformé en une crise administrative est très profond, et menace l’existence de la CTDDH.

Lors d’un point de presse à N’Djamena, l’aile dissidente de Ahmat Hassaballah qui a introduit une requête à la justice et qui a obtenu la suspension de Mahamat Nour Ahmat Ibedou, persiste et signe sur l’exigeant de la tenue d’une assemblée générale.

Djerobé Emmanuel, membre du bureau exécutif de la CTDDH explique que cette assemblée générale sera l’occasion de redynamiser la CTDDH et de rendre sa gestion transparente. Mais en vérité ce n’est pas d’une assemblée générale qu’il s’agit. La stratégie mise en place vise autre chose, celle de mettre en difficulté le sieur Mahamat Nour Ibedou et casser le dynamisme de la CTDDH que le régime Déby ne voit pas d’un bon œil.

Depuis quelque temps, les dissidents de la CTDDH ont été organisés, financés et instruits pour réagir de la sorte. Les réunions clandestines chez certains indexées comme traitres ont clairement laissé voir et comprendre qu’il y a un complot qui se prépare contre ladite organisation afin de la miner de l’intérieur.

La manière hâtive de la justice tchadienne aux ordres, qui a suspendu Mahamat Nour Ibedou de son poste de secrétaire général de la CTDDH, montre à quel point le souhait de le dégager et y installer un laquais qui obéira au doigt et à l’œil, selon le bon vouloir du régime.

Après avoir de manière arbitraire renvoyée Mahamat Nour Ibedou de son poste au ministère des Finances, après l’avoir mis sur la diète, en lui suspendant ses avantages en tant que fonctionnaire de l’État, de même après l’avoir menacé de casser son domicile sous prétexte qu’une partie du terrain est établi sur le domaine propriété de l’État, malgré toutes ces tortures morales siglées de passage multiple en prison, le régime Déby passe à la vitesse supérieure pour démanteler la CTDDH en lui créant une fronde de l’intérieur.

Tout le monde au Tchad sait que la CTDDH fait un très bon travail, s’inscrivant dans la défense des droits humains, et l’engagement d’une bataille contre toutes les formes des injustices, et que, c’est parce que les élections approchent que le régime veut faire taire la presque seule voix de la société civile qui se bat pour le peuple tchadien.

Il ne faudrait pas que les ONG, la société civile dans son ensemble, les partis politiques de l’opposition se taisent, car c’est en étant tous unis que le front de l’adversité sera détruit. Ce qui arrive à la CTDDH actuellement le sera aussi pour les autres formations à un moment ou un autre. Qu’on reste solidaire pour faire reculer l’injustice dans notre pays.

Tchadanthropus-tribune

353 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article