Après l’inculpation du député du Kanem AZZAÏ Mahamat Hassan, la rédaction avait posé la problématique des deux poids deux mesures concernant la justice tchadienne qui ne traite pas tous les citoyens sur les mêmes pieds d’égalité. Les filles mariées très jeunes dans notre pays sont nombreuses, et les cas sont souvent cachés depuis que la 1ère dame Hinda Déby s’implique personnellement sur le sujet des mariages précoces.

La codification de ce problème est salutaire pour les femmes tchadiennes, car elle permet aux jeunes filles de s’inscrire pour une scolarité féconde. Mais là où le sujet devient complexe, ce que pourquoi applique-t-on la loi au cas par cas ? Pourquoi cette loi n’est pas dévolue à tous les Tchadiens sans distinction afin que tous les Tchadiens le prennent en compte ?

Quand on est responsable au sein de l’administration ou de l’armée, personne n’ose venir vous toucher, quelles que soient les bévues que vous établissez. Le seul exemple du député AZZAÏ Mahamat Hassan ne peut être un sujet qui pourrait suffire à faire peur. Il faut aller chercher en profondeur y compris dans nos provinces, où les femmes sont considérées plus que des objets, et où la domination mâle est prédominante. Les jeunes filles sont données en mariages à l’âge précoce à des hommes dont le seul but est de profiter d’une “ chair fraiche “. Quel que soit votre âge, l’homme qui a le portefeuille garni profite de la situation avec la complicité des parents.

L’exemple que nous prenons ici est le cas de l’ancien gouverneur Mahamat Zène Alhadj Yaya, ancien gouverneur au Salamat et actuellement DG au ministère de la Sécurité. Il est marié à la jeune fille AMBACHAYIR Mahamat TOM, à 13 ans lors de son mariage et aujourd’hui 15 ans. Selon nos recoupements, cette jeune fille devenue femme selon les circonstances, habite toujours la ville d’Am-timan et son époux travaille à N’Djamena. Lors de notre investigation, le père de la fille Mahamat TOM refuse de répondre à nos questions, et la rédaction n’a pas pu joindre sa mère Khalia Ali.

Pourquoi, la rédaction fait une projection sur ce sujet que beaucoup de nos lecteurs trouveraient peut-être d’ordre privé. La raison est simple. Faire éclore le sujet et démontrer que la justice tchadienne réagit aux ordres et attribut ses condamnations au cas par cas. Sinon beaucoup de personnes devraient répondre à la loi.

Tchadanthropus-tribune

816 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article