Au Tchad, certains réfugiés arrivent à s’intégrer progressivement dans la société grâce au programme de protection sociale du gouvernement. C’est le cas de la réfugiée centrafricaine Nouarem Judith qui, grâce à l’appui financier du programme, a initié des activités génératrices de revenus pour subvenir aux besoins de ses enfants et de son entourage. Bien connue dans les camps de réfugiés de Gondjé où elle habite avec dix enfants, Judith nourrit des grandes ambitions pour ses progénitures en travaillant dur pour améliorer leur condition de vie au quotidien.

Nouarem Judith, une réfugiée et mère de 10 enfants habitant au camp de Gondjé depuis 2006 est un exemple réussi de réinsertion sociale. Avec l’appui des filets sociaux du projet d’appui aux réfugiés et aux communautés d’accueil, elle vend des produits alimentaires sur les marchés locaux. Grâce à cette activité génératrice de revenus, elle réussit à subvenir aux besoins de ses enfants et assurer leur scolarité.

 

Grâce à l’argent que je reçois chaque trimestre, je me suis engagée dans le commerce des produits alimentaires. Ce qui m’a permis de construire cette maison que vous voyez ainsi que les meubles nécessaires. J’ai aussi inscrit mes dix enfants à l’école et acheté leurs fournitures scolaires. Grâce à mes activités, j’ai aussi envoyé au Cameroun mon fils ainé qui est admis au baccalauréat 2022 pour ses études universitaires.

Grâce à ce programme de protection sociale du gouvernement et de ses partenaires, de nombreux réfugiés et des familles des communautés d’Accueil nourrissent de grandes ambitions pour leurs progénitures. Les autorités veulent ainsi lutter contre la pauvreté en milieu rural et encourager l’entreprenariat des femmes à la base.

 

Nous faisons ce qu’on appelle des transferts monétaires non conditionnels c’est-à-dire, c’est de l’argent non remboursable que nous donnons aux ménages vulnérables dans le but de les stabiliser. Ces ressources permettent à ces ménages de se prendre en charge que ça soit pour l’alimentation, la scolarisation et la santé des enfants. Donc ce programme de filets sociaux s’étend sur deux ans.

 

Environ 10 000 ménages dans la province de Logone orientale bénéficient de ce programme de protection sociale du gouvernement avec l’appui de la Banque mondiale. Pour rappel, le Tchad accueille plus de 480 000 réfugiés sur son territoire et leur réinsertion sociale devient un véritable enjeu pour le Ministère de la prospective économique.

Le Tchadanthropus-tribune avec Africa 24

2502 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire