Selon notre correspondant à Khartoum, plusieurs organes de presses pros gouvernement et indépendantes mettent en avant des tensions à la frontière entre le Tchad et le Soudan. Ce soir, en bande défilante, la chaine indépendante S 24 affirme avec précision que les conflits inter communautaire à la frontière entre les deux pays risquent de dégénérer en génocide si les pouvoirs publics n’y trouvent pas de solution. Tout est un problème de vol de bétail entre Arabes et Zaghawa, des faits qui durent et perdurent depuis plusieurs générations. Mais, selon la même chaine, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, est l’assassinat d’un officier d’État-major arabe de la faction du général Himiti. Les Assassins auraient franchi la frontière tchadienne et identifiée comme faisant partie de la communauté en conflit. La franche Himiti aurait demandé qu’on leur restitue les assassins, chose qui n’a pas été faite jusqu’à là. Deux semaines plus tard, les Arabes de Himiti se seraient vengés sur un militaire Zaghawa aux environs de la ville de Adré à la frontière entre les deux pays. Ce militaire serait décapité et ses membres cassés. Un fait barbare qui a plus qu’énervé les autorités militaires tchadiennes et qui avaient bloqué toute coopération avec la partie adverse. Cet imbroglio d’assassinat sauvage et de vol de bétail envenime la région et exacerbe les tensions dans la région du Darfour et les frontières entre les deux pays. De deux côtés les hommes sont armés et se regardent en chiens de faïence… À suivre.

 

Tchadanthropus-tribune

 

NB: Images d’illustration

Conflit frontière Tchad/Soudan

2302 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article