Sur le champ de bataille soudanais, les deux généraux en guerre n’alignent pas que leurs propres troupes. Autour d’eux gravitent mercenaires, gardes privés, combattants tribaux ou instructeurs étrangers, attirés par l’appât du gain… et de l’or.

Depuis des décennies, le recours aux milices au Soudan représente une activité lucrative : soit Khartoum leur sous-traite la répression de minorités ethniques ou de mouvements armés, soit elle loue leurs services sur des terrains de guerre étrangers.

Ainsi, de la région soudanaise du Darfour au Mali, en passant par la Libye, la Centrafrique ou la Russie, les Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo ont tissé de longue date des liens à l’étranger. Un temps, ces paramilitaires redoutés ont combattu au Yémen pour Saoudiens et Emiratis, en Libye pour différents camps ou ailleurs dans le Sahel.

Maintenant que la guerre est sur leur sol, les FSR publient sur les réseaux sociaux des vidéos de combattants leur exprimant leur soutien au Tchad ou au Niger.

Pour Abdel Fattah al-Burhane, chef de l’armée soudanaise et grand rival de Daglo, dit «Hemedti», des «mercenaires venus du Tchad, de Centrafrique et du Niger» combattent au sein des forces ennemies. L’armée a même assuré récemment avoir tué «un sniper étranger».

Lire aussi : Au Soudan, les pillages achèvent une économie déjà à genoux

L’envoyé de l’ONU au Soudan, Volker Perthes, l’a aussi répété: «Le nombre de mercenaires venus du Mali, du Tchad et du Niger pour soutenir les FSR n’est pas insignifiant».

Des témoins à Khartoum assurent avoir entendu des combattants des FSR parler français, une langue qui n’est pas parlée au Soudan, principalement arabophone, semblant suggérer qu’ils soient tchadiens.

Meilleurs salaires

La famille Daglo tient une grande part des mines d’or du Soudan, troisième producteur d’Afrique, donc «Hemedti peut payer des salaires comme peu de gens en Afrique subsaharienne ou au Sahel», affirme à l’AFP Andreas Krieg, du King’s College de Londres. Déjà, «ces dernières années, des Tchadiens ont rejoint les FSR pour le salaire».

Le Tchad, à l’Ouest, est un prolongement naturel pour Hemedti, issu de la tribu des Rizeigat du Darfour : les cultivateurs et éleveurs menacés par la sécheresse y font peu de cas des frontières officielles.

Lire aussi : La guerre fait rage au Soudan, les négociations piétinent en Arabie saoudite

La plupart des chefs miliciens, dont Hemedti, ont des origines tchadiennes. Au fil des générations, ils ont recruté des hommes puis leurs fils, offrant à tous «des passeports soudanais et des terres abandonnées par des déplacés non arabes», assurait dès 2017 le centre de recherches Small Arms Survey.

D’autres mercenaires soutiennent les FSR: ceux du groupe Wagner. Depuis que la Centrafrique voisine a fait appel en 2018 à ces combattants russes pour réprimer une rébellion, des diplomates occidentaux disaient voir passer des contingents de mercenaires russes à l’aéroport et les hôtels de Khartoum.

Le Soudan sert de base arrière mais aussi de source de financement à Wagner: les mines d’or de la famille Daglo ont signé des contrats avec des prête-noms du patron de Wagner, Evguéni Prigojine, assure le Trésor américain. Aujourd’hui, «le groupe Wagner ne combat pas au Soudan mais il a des conseillers techniques», assure à l’AFP l’expert américain Cameron Hudson.

«Entreprise transnationale»

La base arrière de Hemedti, elle, se trouve en Libye. Les zones contrôlées par le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’Est libyen, constituent un «carrefour de livraisons d’armes aux FSR», assure M. Krieg.

Lire aussi : Déjà en crise, le Soudan passe à l’état de «catastrophe» sanitaire, selon le directeur de l’OMS

«Les Emirats arabes unis ont envoyé aux hommes de Haftar entre 2019 et 2021 des tonnes d’armes qui peuvent maintenant être données aux FSR sans être tracées», poursuit ce spécialiste, signalant «des images d’armes émiraties découvertes au Soudan».

D’autres étrangers se sont aussi invités dans le chaos soudanais à la faveur de la fuite générale des diplomates, employés onusiens et autres expatriés. «Plusieurs petites compagnies privées, principalement composées d’anciens des forces spéciales britanniques, ont évacué des personnes moyennant parfois 20.000 à 50.000 dollars», rapporte M. Hudson.

Pour Alex de Waal, spécialiste du Soudan, «l’argent et le mitraillage sont des monnaies interchangeables sur le marché politique soudanais. Et, écrit-il dans la London Review of Books, «Hemedti fait commerce des deux». Pour lui, «les FSR sont désormais une entreprise privée de mercenariat transnationale», «un opérateur d’extraction et de vente d’or» et le «bras armé de l’empire commercial de Hemedti». Si ce dernier l’emporte, estime-t-il, «l’Etat soudanais deviendra une succursale de cette entreprise transnationale».

Le360 Afrique (avec AFP)

1867 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire