De sources dignes de foi, le maréchal libyen Khalifa Haftar stagne aux portes de Tripoli. Ses forces n’arrivent pas à déloger les forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA). Depuis qu’il a perdu son centre de commandement aux portes de Tripoli, Khalifa Haftar cherche des renforts partout dans la sous-région.

Selon plusieurs correspondants, le général soudanais Mohamed Hamdan Daglo alias Hemiti, numéro 2 du conseil militaire va envoyer 5000 hommes sous l’injonction des Émirats arabes unis afin de prêter main-forte aux forces de Khalifa Haftar en difficulté. Si ces hommes devaient tenir les régions pétrolières, certains éléments devraient aller combattre aux côtés des éléments de Haftar pour faire tomber Tripoli.

De son côté, le Tchad devait aussi mettre en relief un projet capable d’épauler le maréchal libyen, surtout que la demande est véhémente de la part du raïs égyptien El Sissi véritable soutien et allié de Khalifa Haftar. Idriss Déby devait étudier avec son ministre de la Défense un projet d’envoi des hommes pour aider Haftar, mais la composante Toubou lui pose problème, et il n’aimerait pas les mettre à dos, surtout que dans les zones de Tibesti avec l’imbroglio de Miski, les choses ne semblent pas résolues. Tout de même, Déby et sa horde verraient d’un bon œil l’envoi d’une force motorisée capable de renforcer Haftar et par la même occasion en finir avec les rébellions hostiles à son régime, et qui campent dans le Sud libyen. Selon nos mêmes sources, le téléphone a vraiment sonné sur l’axe Le Caire/Amdjaress concernant les points d’appui à Khalifa Haftar. Les jours à venir seront pleins d’enseignements.

Tchadanthropus-tribune

2077 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article