Le conflit de Bessao dans le département des Monts de Lam, au Tchad, a pris une tournure violente avec l’incursion d’hommes armés venus de la Centrafrique voisine, selon le général Daoud Yaya Brahim, ministre en charge des armées. D’après sa déclaration ce 19 avril face à la presse, les « insurgés » ont non seulement causé la perte de vies humaines, mais ils ont également profité de la situation pour piller la population locale.

Cependant, « grâce à l’intervention de la Force militaire tchadienne, les assaillants ont finalement été repoussés et ont pris la fuite pour traverser la frontière et retourner dans la forêt d’où ils étaient venus. » C’est ce qu’a révélé le ministre en charge de la défense, Daoud Yaya Brahim.

Les violences ont fait au moins 22 morts et plusieurs blessés, ont rapporté des sources judiciaires à Alwihda Info.

Plus de 300 soldats soudanais désarmés à la frontière par l’ANT

Le ministre a affirmé que le Tchad a mis en place un comité de crise composé de six ministres, y compris le chef d’état-major général des armées, pour faire face aux escalades au Soudan. Il a également déclaré qu’un dispositif sécuritaire avait été mis en place à la frontière pour éviter tout débordement.

Le général Daoud Yaya a ensuite signalé l’arrivée de soldats soudanais à la frontière Tchad-Soudan, mais a assuré que les forces de défense et de sécurité du Tchad avaient réussi à les désarmer, faisant ainsi échec à une éventuelle infiltration. Il a précisé que 320 soldats soudanais avaient été désarmés par les forces tchadiennes.

Le ministre a également évoqué la situation des Tchadiens qui se trouvent actuellement au Soudan. Il a rassuré que le gouvernement avait pris toutes les dispositions pour assurer leur sécurité et les avait invités à se rassembler dans un lieu unique pour faciliter leur prise en charge en cas de besoin. Il a également encouragé les Tchadiens à communiquer avec l’ambassade du Tchad au Soudan grâce au numéro vert mis à leur disposition.

Le général Daoud Yaya a enfin appelé les médias à jouer leur rôle en relayant les informations nécessaires à l’opinion nationale et internationale. Il a souligné que la situation au Soudan ne concernait pas directement le Tchad mais que le pays voisin préférait une solution rapide à cette crise pour éviter une dégradation de la situation à l’ouest du Soudan, ce qui aurait des répercussions sur le Tchad.

Alwihda Info

1982 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire