D’après des sources sécuritaires gardées très secrètes, encore un énième coup d’Etat est en préparation à N’djamena. Tout cela est le corollaire des récents événements du 1er mai 2013 qu’a vécu le Tchad. Ce pays de l’Afrique centrale est prit en otage par un dictateur sanguinaire appelé Deby.

Le Tchad avec sa stabilité très précaire est sur le point de retrouver  ses vieux démons (instabilité politique, conflits armés, coups d’Etats, rebellions etc.). Aujourd’hui tout N’djamena est paralysé mais cette paralysie n’est pas connue du grand public sous la couverture du secret d’Etat. D’abord toutes les entrées de la capitale N’djamena (Gaoui, Pont bélilé, Mara, les 2 ponts du Chari) sont hermétiquement fermées par  les autorités. Ensuite des brigades mixtes sont créées pour la circonstance et font des fouilles systématiques et ces brigades souvent très brutales sillonnent tous les quartiers de la capitale parfois même dans les régions et elles opèrent des fouilles musclées à la recherche d’armes à feu. Ces hommes en treillis violent quotidiennement les droits de l’Homme. Devant cette situation chaotique  les paisibles citoyens du Tchad ne savent à quel saint se vouer.



Autre mesure, tout fonctionnaire de l’Etat est strictement interdit de sortir du pays. De même toutes les garnisons de la capitale (Foudriére, Gassi, Gaoui, Pont Belilé…) sont en alerte maximum. C’est dans les garnisons citées plus haut que se concentre le plus gros lot des gardes prétoriennes de Deby. D’après quelques témoins oculaires qui requiers l’anonymat, il ya eu des arrestations massives des militaires et même quelques exécutions sommaires par les éléments de Deby.

L’actuelle situation explosive du Tchad prouve à suffisance que le dictateur Deby ne contrôle rien. D’ailleurs, le triple sommet de N’djamena (ABN, CILSS, GMV) a été un échec total. Sur les quinzaines de chefs d’Etat invités au sommet deux (2) seulement ont pris part (Beshir du Soudan et Traoré du Mali). D’ailleurs tous deux (2) des chefs d’Etat illégitimes, l’un est poursuivi par la CPI et l’autre est intérimaire.


En des telles circonstances, il est conseillé d’être prudent mais nous vous informons quand même les identités des putschistes dans les heures à venir.  

 

Sources sécuritaires 
Correspondance particulière depuis N’Djamena.
Mahamat Ahamat.       

 

165 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article