Ayant fait le constat des échecs, le ministre de la Jeunesse et des sports ROUTOUANG Mohamed Christian Ndonga en a marre. Il a assez des clubs de mafieux qui gravitent autour de la fédération nationale de football. Rien n’avance depuis fort longtemps. Les responsables en charge du football font passer leur personne en premier contre l’intérêt général du football national. C’est ainsi que le nouveau ministre décide de donner un coup de pied dans la fourmilière après des menaces déguisées d’un lobby… “ Il est qui ce ministre ? Il ne sait pas qu’on peut facilement le dégommer du gouvernement s’il s’attaque à nous “.

Ces termes arrogants ont mi le jeune ministre dans tous ses états. Il décide de go de se prononcer à son tour et de ne pas prolonger le contrat de l’entraineur national de football.

“ Le Monde du Sport en général et le football en particulier est rempli de mafieux qui n’ont aucune notion de patriotisme et d’intérêt de la Nation tchadienne. Ils sont souvent prétentieux et se disent ayant les “ bras long “ et prêt à réduire l’autorité du ministre au néant. Il est plus qu’urgent que les non-dits de ce secteur soient profondément assainis. Des personnes mettant en avant leurs intérêts personnels et égoïstes avant l’éclosion du Sport tchadien… Allez dire que c’est de l’ingérence, allez corrompre les médias que le jeune ministre veut jouer dans un terrain glissant… Pour ma part le Tchad sera ma priorité et je ne ménagerai aucun effort pour peser de tout mon poids pour que ce cercle vicieux ne soit plus un frein au développement du Sport. Soyez rassuré que je plonge dans ce monde inconnu sans réserve et avec un mental de fer… On ne continuera pas à caresser la vérité au sens de poils tout le temps “ !

Voilà, la vérité que tous les Tchadiens la maugréent sous cape et dite ouvertement. Depuis longtemps nos compatriotes ont constaté avec amertume les mauvaises répartitions des différents budgets alloués à la fédération de football (FIFA, taxes téléphoniques, budget de l’État). Des décennies que le Football tchadien tergiverse, ne décolle pas, pourtant avec les mêmes personnes, et les mêmes méthodes. Aucune alternance pour injecter du sang neuf, et cela les spécialistes du football tchadien, les professionnels du domaine, le disent à chaque fois sans pour autant qu’ils soient entendus, ils sont combattus à outrance parce que tout responsable en place les voit comme des concurrents potentiels.

Le ministre a raison d’être outré et déçu parce que rien ne marche, rien n’avance. Le changement des hommes s’impose à la tête des organisations et fédérations. Il faut imposer des jeunes et les cadrer avec des connaisseurs du football tchadien qui existent encore au Tchad et à l’étranger. Vivement que le sport tchadien s’inscrive au-delà des ambitions de compétences pour l’essor de nos couleurs nationales.

Tchadanthropus-tribune

1030 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article