Startimes existe dans plus de 30 pays africains.

Lors de la visite de Déby en Chine, lui-même avait promis aux Chinois que le projet l’intéressait. Les Chinois sont venus au Tchad et Déby les a reçus. Après accord de principe avec Déby les Chinois ont envoyé une équipe qui a travaillé presque 4 ans pour la mise en place des projets en signant un accord avec le ministère du plan et de la Coopération, puis le projet a été validé par la présidence. Des études ont été faites avec la collaboration du ministère de la Communication. Une étude étendue sur tout le territoire national et un déploiement de pouvoir équiper 200 villages de télévision numérique. Et enfin le 1er contrat commercial a été signé entre Startimes et le ministère de la Communication, quand Hassan Sylla était encore ministre de la tutelle. 

Pendant longtemps Startimes a travaillé sur le projet jusqu’à la modification et accord du contrat commercial avec Mme Madeleine Alingué le 02 septembre 2017.

Au mois de mai dernier, Déby a signé l’accord, et le dossier devrait suivre les démarches nécessaires afin que les travaux doivent commencer.

Sachant que les travaux devraient commencer, le nouveau ministre de la Communication Mr Oumar Yaya, connu pour ses magouilles, a cherché à contourner la signature de Déby en proposant une autre entreprise qui devrait lui verser de l’argent. La société PRESTA BIS qui appartient à Radjab Moussa et COMPUTER GOLF de Mahamat Zène. Ces sociétés héritent comme par hasard de ce marché par ce qu’ils représentaient les intérêts de Mr Oumar Yaya. PRESTA BIS et COMPUTER GOLF ne sachant rien des études faites, ont repris les travaux effectués par STARTIMES avec l’aval de Oumar YAYA. Ces deux sociétés n’avaient jamais réalisé un projet de telle envergure. À titre d’information, autrefois COMPUTER GOLF avait à son acquis un marché de 16 stations de relais qui n’ont jamais été réalisés. L’argent a été encaissé et rien ne fut fait. 

Oumar YAYA, après réflexion, et sachant les antécédents de COMPUTER GOLF avait malicieusement remis le marché à Bedey (opérateur économique et neveu de Déby).

L’objectif est de se partager le projet 50/50. Bedey reprend le marché dont l’étude a été faite par Startimes et la partie exécution devrait être faite par les deux sociétés (PRESTA BIS & COMPUTER GOLF) qui n’ayant aucune expérience. Ces entreprises sont se sont tournées vers une autre entreprise, la nommé studio Tech (société belge), qui n’a aussi jamais réalisé un tel projet. Pour info, Studio Tech est connue simplement sur la vente du matériel de télévision et électronique (Voir Google).

Face à l’hésitation de Studio Tech, Oumar Yaya décide de leur forcer la main en insistant pour convaincre Studio Tech de continuer le projet en lui cédant des parts d’intérêt.

Selon nos sources, une autre société (Digital Com) vient d’entrer dans le projet. Cette société nouvellement créée serait encore en train de faire ses statuts. Une autre société sûrement pour engranger des profits pour quelques personnes qui veulent se sucrer sur le budget alloué.

Comment on se défait d’une entreprise comme Startimes qui a à son actif une expérience sur presque 30 pays africains ? Et se permettre pour des raisons d’intérêt personnel aller vers des sociétés novices, n’ayant aucune certitude sur l’achèvement du projet ?

Est-ce que ce comportement ne met pas en cause les relations de coopération avec la chine ?

Ou bien, que vaut la signature d’un président de la République face à l’engagement des entreprises étrangères quand les accords sont signés ?

De manière concrète, toutes les réalisations de Startimes sont visibles sur la toile pour en témoigner.

Startimes a eu à investir sur l’étude du projet pendant 3 ans avant de rendre ses conclusions.

Sur le projet de réalisation de 200 villages et autres projets, Startimes a eu l’accord d’EXIT Bank sur le financement d’un prêt confessionnel entre le Tchad et la chine.

Les Chinois ont réalisé plusieurs projets au Tchad, comment à l’avenir feront-ils confiance aux responsables tchadiens si tel est le comportement ?

Tous ces acquis seront bafoués s’il faut revenir encore en arrière pour recommencer les études, tout comme il est illégal de prendre les études de Startimes pour les donner à PRESTA BIS et COMPUTER GOLF. À première vue c’est ce qui est en train de se faire.

L’autre inconvénient sur la démarche est que Oumar Yaya voudrait que ce soit le trésor public tchadien qui puisse financer le projet. Est-ce que le Tchad de nos jours, et par ce temps de crises pourra investir sur un projet aussi conséquent ?

Fort malheureusement, c’est de cette manière que plusieurs individus assèchent de manière continuelle l’argent des contribuables tchadiens. Notre pays saigne et personne ne semble s’en offusquer.

Tchadanthropus-tribune

2680 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article