Un scandale de plus pour le ministre de la Communication Oumar Yaya. Il faut dire que ce dernier est un récidiviste de détournement, connu et reconnu à plusieurs reprises. La rétrocession des sommes d’argents sur la facture de Jeune Afrique à l’époque où il officiait à la présidence n’était que la face de l’homme.

Les derniers scandales qui énumèrent son nom il y a quelques semaines n’étaient pas fortuits. Et cette fois-ci la société Startimes l’apprit à ses dépens.

Startimes est une entreprise spécialisée dans la télévision terrestre. Cette entreprise avait gagné un marché validé par la signature d’Idriss Déby en personne, mais Oumar Yaya aurait demandé l’invalidation de ce marché à plusieurs milliards, puis actionne ses amis et complices aux marchés publics pour révocation dudit projet. Face à l’étonnement d’un cadre des marchés publics, Oumar Yaya lui dit de go qu’il a l’aval de la 1re dame.

Ayant obtenu les faveurs du marché public, il foule au pied la signature et l’engagement de son président envers la société Startimes, et met à contribution Bedey pour l’exécution du marché, sachant que si c’est Bedey (le neveu d’Idriss Déby). Idriss Déby signera une 2e fois sur le même marché. Le stratagème est tout simplement de faire passer le projet comme une lettre à la poste à travers Bedey, et que lui au passage obtient une grosse commission.

Plus de 3 ans, Startimes avait initié à lui seul le travail et engagé les dépenses. Cette entreprise arrive avec ses propres fonds, mais se trouve bloquée, révoquée, pour de simples raisons de petites affaires et corruptions.

Comment les entreprises internationales feront-elles confiance à un état qui se désavoue sur ses engagements, où certains ministres mentent à leur président sur des projets viables, parce qu’ils veulent obtenir des commissions ?

Au Tchad, les ministres sont devenus en même temps des hommes d’affaires, corrupteurs et corruptibles. Rare, sont ceux qui aide la république à avancer. Et c’est de cette manière que notre pays n’avancera jamais. Pratiquement tout le monde a oublié la déontologie du fonctionnaire de l’état, l’administrateur de l’état qui n’a pas le droit de faire d’autres choses que de s’y consacrer à la chose de l’état.

Assez souvent nous accusons Idriss Déby parce qu’il est le président de ce pays, mais est-il le seul responsable de ce genre de faits, quand des responsables sur le sceau du serment magouillent en catimini. Le grand tort de Déby c’est de ne pas appliquer les lois de la république, de ne pas vouloir arrêter les voleurs qui tuent le pays.

Startimes et Oumar Yaya, l’affaire ne fait que commencer. Nous reviendrons avec plusieurs détails.

Tchadanthropus-tribune

2021 Vues

  • le pays va mal comme disait tiken jah fakoly

    Commentaire par martin le 19 juillet 2019 à 13 h 16 min