Nous n’allons pas refaire l’article sur la grande arnaque faite à Startimes par le ministre de la Communication Oumar Yaya. Mais à la vue des démarches agencées par le trio des entreprises (SOGECT – COMPUTA GOLF et PRESTA BIS), les Tchadiens devraient se pencher un peu sur l’aspect endettements que certains voraces laisseront aux générations futures.

Tout d’abord, il faut signaler que lors de l’inauguration de cession sur les 200 villages équipés en TNT (télévision numérique terrestre), Oumar Yaya n’a même pas fait allusion à Startimes et les Chinois. Il a fallu que le ministre secrétaire général à la présidence Pahimi Kalzeubet l’énumère et met un accent sur la coopération Tchado-Chinoise. Le fait de ne pas prononcer le nom de Startimes pendant son allocution est une façon très subtile que le ministre de la Communication Oumar Yaya utilise pour introduire la magouille déjà entérinée et ses prochaines entrées mercantiles.

L’amateurisme et la voracité de SOGECT-TCHAD.

Que l’on écrive, que l’on crie ou qu’il vente, ce n’est point l’affaire de quelqu’un puisque les autorités actuelles du pays fonctionnent à plein régime de népotisme et de clientélisme. Que l’argent emprunté ou venant de nos recettes soit dilapidé n’émeut personne. L’essentiel est qu’il faut engraisser les siens jusqu’à la honte, encore que la honte ne reconnaît pas le visage de certains.

Dans l’affaire, SOGECT-Tchad envoie un certain Hassan (SG d’un ministère) en Afrique de l’Ouest afin de démarcher une boite que nous terrons le nom pour l’instant. Cette boite, fort d’une minime expérience s’est adressé à son tour à la fameuse société belge STUDIO TECH qui vend du matériel audiovisuel, mais qui n’a aucunement une expérience d’installation complémentaire à la TNT. Les Belges de STUDIO TECH prennent le devant pour tout verrouiller. Le marché qui devrait faire gagner aux autres autant de gains dans l’ordre de 39 milliards de FCFA semble compromis et les calculs de bénéfices sont faits au rabais. Aux dernières nouvelles les uns et les autres auront dans l’ordre de 2 à 3 milliards pour se le partager.

Tout cela démontre à quel point la gestion catastrophique des biens publics, emprunts ou autres, qui sont généralement donnés aux siens, et qui bâclent la résultante des projets de l’État.

Il ne s’agit point d’acquérir des marchés, le but final est de rendre correct le travail aux normes et exigences du projet. Mais, que des individus s’enrichissent et ne sont pas obligés de rendre compte est inacceptable.

L’impunité a rendu tout le monde voleur, corrupteur, corrompu, mécréant, menteur, manipulateur, paresseux happé par le gain facile.

Que notre pays croule souvent au bas de l’échelle ne peine personne, à commencer par le 1er d’entre ces gens. L’essentiel encore pour eux est de restreindre leur confort et initier ceux qui veulent les suivre, avec complaisance et point de dignité.

Quand on est capable de tuer sa patrie, on devient tacitement le criminel de son peuple.

Tchadanthropus-tribune

1308 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article