De sources dignes de foi, le ministre de la Communication Oumar Yaya a décidé de faire un passage en force, et c’est malgré l’illégalité de sa démarche sur le projet de marché déjà signé par Idriss Déby en personne. Il aurait menacé Startimes de laisser tomber l’affaire sinon…

Le 6 novembre prochain, il a décidé de faire la cérémonie de clôture de 200 villages sans la présence d’Idriss Déby. Il a informé tout le monde qu’Idriss Déby ne viendra pas. Mais comment pourrait-il faire pour monter son financement ?

Voilà comment Oumar Yaya qui se dit fort du soutien de la fondation grand cœur voudrait procéder pour monter son affaire. Tout d’abord, il voudrait faire supporter les charges à hauteur de 59 milliards de FCFA par le biais des banques locales et l’imputer au trésor public tchadien. Les sociétés qu’il a choisies en associant l’ogre SOGECT de Bedey, PRESTABIST et COMPUTERGOLF vont livrer les matériaux en 24 mois et la réalisation finale non définie. Le coût des matériaux est de 39 milliards de FCFA exonérés de toute taxe, et sans planning et définition exacte de la réalisation, puisqu’aucune de ces entreprises n’a réalisé un projet TNT avoir même studio Tech qui demande assistance de Star Times. Oumar Yaya voudrait que l’État signe avec les banques pour garantir le projet. Bien évidemment, le ministre ira toucher ses commissions avec toutes ces entreprises qui lui garantissent des commissions.

En suivant la démarche du ministre de la Communication on observe que les entreprises citées ne garantissent aucune expertise en dehors de la livraison des matériaux, ensuite faire supporter à l’État 20 % du financement total par ce moment de crise financière profonde.

Or, Startimes présente d’après nos informations des garanties évidentes grâce à ses prestations en Afrique (Mozambique, Zambie, Burundi, Gabon, Congo, Cameroun et Ghana).

Comment le ministre ose se défaire d’une entreprise qui présente des garanties et qui apporte même le financement à travers Eximbank de Chine ?

Comment encore balayer d’un revers de la main l’expérience d’une société présente dans plus de 30 pays africains ?

Autre volet, ailleurs quand un président de la République met son sceau sur un contrat, ce sceau est respecté fondamentalement parce que l’on est sûr que les études et contrôles ont été bien faits en amont. Un président de la République ne signe pas par hasard quand il s’agit des choses qui engagent tout un pays.

Que diront alors les Chinois dans la coopération avec notre pays, quand une de leur entreprise est spoliée en la dépossédant de ses études et faits pendant 3 ans ?

Voilà comment procèdent certaines personnalités dès qu’il s’agit d’une affaire leur permettant de s’enrichir, même si cela va à contre sens des intérêts des Tchadiens.

Le ministre de la communication actuel ne serait pas à sa première infraction des règles. Tout dernièrement il a été cité dans d’autres affaires aussi louches les unes des autres. Notre pays doit retrouver une gestion saine des choses de l’état. Il faut dès à présent que les administrations qui régulent les marchés soient saisies afin que de tels actes ne se présentent plus jamais.

Tchadanthropus-tribune  

1135 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article