Disponible depuis le 7 mars, le nouveau rapport couvrant l’année 2012 de l’Initiative de transparence des industries extractives (ITIE) sur le Tchad est éclairant à plus d’un titre.

Ce document réalisé par le cabinet d’audit français Fair Links montre le tassement des revenus pétroliers au Tchad entre 2011 et 2012 (-9%), atteignant 2 milliards $ en 2012. La raison principale de cette tendance s’explique exclusivement par la baisse continue de la production des champs de Doba opérés par Exxon qui sont passés de 182 000 b/j en 2004 à quelque 110 000 b/j en 2012.

Malgré cette violente diminution du débit, les revenus se sont longtemps maintenus du fait de l’envolée du prix du Brent. Les recettes pétrolières devraient cependant remonter grâce aux champs de Caracal et Glencore, Fair Links prévoyant pour 2015 une moyenne de 190 000 b/j. Le Tchad a par contre pu jouir en 2012 pour la première année des revenus issus de la raffinerie de Djarmaya (Société de raffinage de Ndjamena) qui a transformé une moyenne de 10 700 b/j grâce aux champs de Rônier et Mimosa (CNPC). Le rapport évoque aussi la fin des contrats de Viking Petroleum et d’Oil Trek pour non-paiement du bonus de signature sur les permis DOC et DOD.

 

Africa Energy

 

259 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article