Le despote Idriss Déby a quitté la ville d’abéché en passant par Biltine pour la célèbre bourgade des 3 ânes (Amdjarass). Cette arrivée à Amdjaress a un but très précis. Ledit président du Tchad se déplace chez les siens afin d’introniser un de ses neveux, le fils de Timan Déby, son frère décédé dernièrement à N’Djamena et enterré à Amdjaress. Comment comprendre qu’un chef de l’état qui ne s’est jamais déplacé dans nulle contrée au Tchad pour assister à une quelconque intronisation ailleurs, ici, il fait de la chose sienne, et pendant 4 jours de vacances décrétées, il se réjouit pour les siens comme si le reste du Tchad est suspendu aux horloges et fuseaux horaires de Amdjaress, la bourgade que vous connaissez.

Rien que pour ces 4 jours de festivités, les proches de Déby ont affrété un avion en guise de charter pour amener les convives à 200 000 FCFA au lieu de 400 000 FCFA. Depuis une semaine, l’avion fait 3 rotations par jour N’Djamena-Amdjaress.

Des musiciens soudanais et éthiopiens sont déjà sur place, et selon nos recoupements près des milieux bancaires, plus de 3 milliards de FCFA ont été retirés par certains proches et opérateurs économiques pour aller “farotter“ pendant les cérémonies, et certains faire des cadeaux au nouveau “Sultan “, sans compter le budget allouer de 5 milliards pour les festivités.

Si le neveu chéri Bedey a été plébiscité le 1er responsable du comité des festivités, lui-même participe à hauteur d’un milliard de FCFA et offre au nouveau “Sultan “ la construction d’un nouveau palais royal.

L’intronisation de ce dit “Sultan “ ce jeudi 10 octobre 2019 avec la présence d’Idriss Déby à Amdjaress dépasse tout entendement. Tous les arcanes de l’état ont été mobilisés pour être présent sur place. Politique, leaders d’opinion, opérateurs économiques, petits fonctionnaires opportunistes, tout le monde converge pour être vu à Amdjaress.

Sachez que tout cela est du pur opportunisme pour ceux en dehors des Itno qui font le déplacement. Il est dit que si on se fait voir entrain de servir du thé, café et autres boissons aux invités, où convoyant ses cadeaux à coup de millions de FCFA, Idriss Déby serait tolérant et bienveillant en donation de marché public ou de promotion de carrière dans les hiérarchies de la fonction publique. Les cadeaux au “Sultan“ devraient être présentés diton devant Déby hymself.

De source sûre, en dehors des 5 milliards budgétisés, plus de 4 milliards de FCFA ont été cotisés pour l’intronisation de ce “Sultan “ et les festivités de 4 jours. 46 véhicules V8 (La valeur d’un Toyota V8 est entre 55 à 70 millions de FCFA) ont été recensés, des milliers de chameaux offerts comme cadeaux par les chefs de cantons environnants. Des offrandes qui ne sont pas partagées par les populations locales démunies où dans leurs régions respectives il n’y a point d’hôpitaux, de puits d’eau pour les bétails où des écoles pour leurs enfants.

D’ailleurs si les chefs de cantons invités devraient être présents à ces festivités, chacun arrivant avec des nombres de bétails pour dépasser l’autre chef de canton. Là où la chose devrait être symbolique, on sacrifie le peu de biens que possèdent quelques bergers pour vouloir se faire voir d’Idriss Déby. Tant pis pour la populace, qu’elle crève de sa misère.

Quelques personnes de la communauté Anakaza ne seraient pas d’accord avec leur chef de canton qui a demandé à travers un comité le recensement de quelques chameaux pour ces festivités. Chaque propriétaire de troupeaux de chameaux devrait donner un chameau en guise de cadeau. Ainsi plus de 400 chameaux ont été réunis rien que par la communauté Anakaza. Ces chameaux seraient en route présentement vers Amdjaress où ils devraient arriver incessamment. La communauté Nawarma, Borogate, Gaïdas, entre autres à similairement emboité les pas aux Anakaza pour offrir des chameaux sauf les communautés Toubous où aucune information ne filtre les concernant.

Plusieurs vrais sultans ont été invités du Nigéria, du Soudan et d’autres pays pour prendre part à cette fête. Vrais sultans parce qu’ils ont un passé, une histoire et une traçabilité connue et écrite.

Depuis N’Djamena, si ce n’est à bord d’avion charter, c’est par la route qu’ils convergent. Des milliers de personnes qui voudraient venir profiter du Catering spécialement conçu et être aperçus par Idriss Déby.

Le projet de transmission en direct sur des télés étrangères a été mise en place pour contacter France 24, Africa 24, TV5 Afrique et Al jazzera, mais aux dernières nouvelles le comité d’organisation devrait se contenter de la Télé locale ignorée au départ.

Tout cela se fera avec les biens de l’État mobilisés (armées, gendarmerie nationale, et garde nomade, et DGSIIE) pour la sécurité de la zone à cause de la présence de Déby et ses convives. Les avions de l’État sont aussi mobilisés à cet effet. Nous laissons constater le deux poids et deux mesures appliquées aux autres tchadiens.

Pendant 4 jours de festivités, Idriss Déby est un président quelconque laissant le devenir du Tchad comme le lui a confié la constitution du pays.

Cette cérémonie pour l’intronisation de son neveu Siddick Timan Deby Itno a une importance particulière pour Déby lui-même, qui a été injuste vis-à-vis de son propre frère défunt. Il y collabore comme s’il avait une dette à payer vis-à-vis des siens. Feu Timan Déby était un trait d’union entre son pouvoir et les Zaghawas du Darfour. Sa disparition constitue une grande fosse pour Déby. Mais, la question reste encore posée, y a-t-il un royaume pour un “Sultan “ du clan Itno dans cette partie du Tchad ? Tout à fait factice, car de fait et en dehors du sultanat séculaire de la famille Haggar qui est représentative de tous les Zaghawa, aucun autre sultanat ne vit le jour jusqu’à l’arrivée du MPS qui a fragmenté la composite Zaghawa en plusieurs morceaux, et amputé une partie du BET, en l’occurrence l’Ennedi dans laquelle est morcelée encore Amdjaress avec un quitus spécial, même si les plus affirmés vous le diront, Idriss Déby lui-même n’est pas né à Amdjaress, mais à Berdoba non très loin de là.

Non content de diviser les familles Zaghawa, Idriss Déby a divisé même le Tchad en plusieurs communautés les unes hostiles aux autres à cause de sa politique de la terre brulée.

À Amdjaress il n’y avait pas un sultan, et s’il y avait ce ne serait pas du clan Déby Itno, tout cela est une usurpation plus que politique, une imposture contre le gré de plusieurs Bilia d’ailleurs.

Le royaume du Ouaddaï avait son extension dans toutes ces régions, et avec l’arrivée des conquêtes européennes dans le Ouaddaï, et dans les années 1900 avec la création des territoires par les colons que naquirent dans la vaste région du BET quelques chefferies traditionnelles. Si plusieurs cantons bien identifiés étaient bel et bien présents dans l’histoire du Tchad, en aucune manière il n’a été fait mention ou référence d’un royaume où d’une quelconque chefferie des Déby et Itno dans cette région de l’Ennedi.

Il n’est pas bien de voler les identités, mais comme le vol est aujourd’hui institutionnalisé au Tchad de Déby, toute usurpation devient légale et l’arithmétique continue.

Le nouveau “Sultan “ gagnera sa loterie ce jeudi 10 octobre 2019 – presque 50 véhicules V8, plus de 3000 têtes de chameaux (Valeur 650 000 FCFA l’unité), un palais et des villas à N’Djamena, et plusieurs milliards de FCFA en guise de cadeaux.

Pendant ce temps, les autres tchadiens vivent dans la précarité totale et l’indifférence absolue. Si l’on n’a pas peur de l’individu ici-bas, que fera-t-on de cette injustice face à Dieu ?

À chacun de méditer…

Tchadanthropus-tribune

2255 Vues

  • Bonjour mon frère,
    Je parcours ce site presque tous les matins pour prendre la temperature de ce pays(kandahar).Ce que je constate malheureusement dans les différents écrits, ce sont des critiques acerbes envers le régime. Par contre il n’y a aucun plan ni actions pour agir. Nous avons aujourd’hui plus besoin d’actions que des critiques.

    Commentaire par Bandar le 9 octobre 2019 à 9 h 01 min