Lors d’une déclaration, le secrétaire général de l’Union des syndicats du Tchad (UST) a annoncé que l’organisation ne prendra pas part au 2e forum national inclusif.

Annoncé du 29 au 31 octobre prochain pour discuter des problèmes du pays, le 2e forum national inclusif ne peut rien changer et ne sera qu’un remake du précédent, d’après l’Union des syndicats du Tchad.

D’après son secrétaire général, le premier forum de 2018 n’a résolu aucun des problèmes majeurs auxquels les couches populaires sont confrontées et pire, il les a empirés.

« En effet, l’instauration de la présidence intégrale, l’introduction du serment confessionnel n’ont fait qu’exacerber la division entre les populations, la remise en cause de la cohabitation fraternelle entre celles-ci », énonce le SG de l’UST Gounoug Vaïma Gan-Faré.

L’organisation de défense des droits des travailleurs dénonce entre autres l’accentuation de la mauvaise gouvernance, marquée, selon Gounoug Vaïma Gan-Faré par la « déliquescence de l’administration, désormais dans les mains des proches du président de la République », mais aussi la corruption, le détournement des deniers publics, l’instrumentalisation de la justice.

« L’environnement social perdure avec la cohorte des grèves, mais aussi, le chômage endémique des jeunes diplômés. Les atteintes aux droits essentiels, d’expression, d’organisation, de manifestation ne cessent de s’amplifier. Les tensions intracommunautaires s’aggravent de plus en plus, à cause du tribalisme, de l’ethnisme, du népotisme, du clientélisme, transformés en méthode de gouvernement par les tenants du pouvoir », regrette le SG.

Tchadanthropus-tribune avec le Pays

586 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article