Le Tchad notre pays est dirigé par une mafia autour d’Idriss Déby. Le détournement des deniers publics est érigé en mode de gouvernance. Dans un pays où tout le monde vole l’argent des Tchadiens, l’impunité, le clientélisme et le népotisme battent le record. L’exécutif tchadien ne daigne prendre les mesures de punitions exemplaires et sacrifie des menus fretins. C’est dans cet environnement que le gouvernement tchadien cherche à convaincre les bailleurs afin d’investir au Tchad. Si la démarche est à saluer, plusieurs interrogations se posent. Comment faire et quelles sont les conditions que les bailleurs devraient poser pour que ces investissements ne soient pas dilapidés par les mêmes rapaces qui tiennent les ficelles et s’organisent souvent en mafia pour gruger l’État ? D’abord, il faudrait chercher à comprendre les mécanismes d’investissements, à savoir si c’est des prêts, donc qui touchent l’aspect public État, ou si c’est le privé qui est concerné. Dans tous les cas d’espèce, il faudrait tout faire pour qu’aucun sou ne tombe au trésor public, susceptible d’être géré par le régime MPS. C’est et seulement sur cet aspect qu’il faut adjoindre d’autres conditions comme un collège de contrôle et de suivi, puis indéniablement poser les facteurs de contexte politique, comme baisser la tension sociale et poser une approche politique évidente avec l’opposition. Les programmes d’investissements ne sont pas tous mauvais, opposition et gouvernement doivent contribuer à son succès à partir du moment ou cela ne sera que bénéfique aux Tchadiens. Les projets d’investissements publics et privés permettront de créer plusieurs emplois aux jeunes compatriotes. Les secteurs tertiaires, agraires, pastoraux et touristiques ne peuvent que bénéficier de cela. Les dividendes s’il y a permettra l’essor de notre pays. Sauf qu’il ne faut pas lésiner sur les conditionnalités de ces investissements, quelles que soient leurs natures. Ne jamais donner un chèque en blanc à un gouvernement, un régime dont les points forts est la corruption, le clientélisme pour l’attribution des marchés, le népotisme pour l’essor de la médiocrité, et le détournement des deniers publics qu’Idriss Déby en personne dénonce à suffisance.

 

Ceux qui s’érigent en clairons pour outrer les prises de position de l’opposition en général, qui demande des garde-fous pour rien ne puisse être dilapidé, ont tort. D’ailleurs, que ce soit Mahamat Digadimbaye de la CASCIDHO, une organisation satellisée au régime, ou Madeleine Alingué connue pour ses emporte-pièces, éludent complètement le bien-fondé des adversités. Que Mr Kebzabo s’insurge et demande des conditions, ce n’est que normal; sachant le toque du 1er opposant qui le sied. Est-ce que cette posture les disqualifie, lui et les autres, du fait qu’ils demandent des garde-fous pour que les voleurs se trouvent éloignés ? Digadimbaye est hors sujet, et Madeleine Alingué est très mal placé pour faire la morale sur l’amour du travail et celui d’aimer son pays. N’est-ce pas elle qui avait planté toute la délégation de l’UNESCO à Paris sur des rendez-vous de travail pris à sa demande avec les autorités françaises et l’exécutif de l’UNESCO ? Se présentant le lendemain gueule de bois parfumé et s’excusant telle une jonchère. Que chacun garantisse ses petits subsides sans dépasser les limites de la logique.

 

L’on ne peut point accepter de faire confiance à une entité de voleurs connus pour leurs attitudes rapaces et prédatrices. L’opposition aura tort de laisser seul le régime MPS de faire face aux différents bailleurs, car les projections et les bases de cette rencontre ont été déjà définies. Il ne sert à rien de parler au nom du peuple, et le priver si demain il peut en tirer des bénéfices. Notre population qui est sevrée de plusieurs aspects de première nécessité en a besoin… Nous reviendrons.

PAP consolidé (VF complet)_ 8 aout 2017 PND 2017-2021 ( VF_complet) 8 août 2017 Synthèse PAP consolidé (VF complet)_ 8 aout 2017 SYNTHESE PND 2017-2021 (Vf complet) 8 août 2017 Synthèses de la VISION 2030 (VF complet) VISION 2030 adoptée le 7 Juil 2017 (VF complet)

Tchadanthropus-tribune

1820 Vues

  • S’il y a crainte avec raison que la levée de fonds et ses retombées seraient affectées, l’ultime solution pour sauver cette rencontre d’une importance capitale pour le Tchad consisterait :

    1) De trouver, même s’il faut reporter la date de cette table ronde, une concertation politique tripartite résultant à un compromis et collaboration entre d’une part, le Gouvernement – Mouvance et l’Opposition politique et la Société civile d’autre part ;

    2) De créer une commission tripartite chargée de gérer les fonds levés ;

    3) D’ouvrir un unique compte bancaire par la tripartite, où le retrait n’est possible qu’avec la signature simultanée de la tripartite ;

    4) De présenter des femmes et hommes (par chaque composante de la tripartite) de transparence et d’intégrité éprouvées, des Tchadiennes et des Tchadiens honnêtes mettant en avant l’intérêt suprême de la Nation Tchadienne;

    5) De tout faire pour une totale et intégrale transparence et équité pour les projets privés.

    Commentaire par Tchad le 28 août 2017 à 4 h 51 min