Cela fait longtemps que les prédateurs économiques sévissent dans la zone méridionale sans que l’État n’arrive à instaurer les lois de la république.

A Moundou, Doba, Koumra et Sarh, une entité privée (Ytou) s’est arrogé le droit d’imposer des taxes qui lui sont propres. De 200 FCFA le prix est multiplié par 10. Ytou a doublé les prix et fait payer 2000 FCFA. La population locale vit difficilement cette injustice initiée par des proches du pouvoir.

Du 1er ministre de l’époque (Pahimi Padacké) jusqu’à la ministre actuelle Achta Djibril SY, personne n’a pu rétablir les tarifs originaux.

Cette situation provoque une conséquence économique désastreuse pour les petits commerçants et les paysans qui voudraient écouler leurs produits dans les marchés hebdomadaires.

Toutes les autorités qui avaient pris l’initiative de régler le problème se heurtent au dictat des proches du pouvoir qui usent et abusent d’une population qui courbe l’échine, ayant peur de l’effet boomerang s’il s’opposait à ces pratiques.

Les autorités du pays doivent faire observer l’ordre et la justice. Nul n’est censé ignorer la loi.

Tchadanthropus-tribune

782 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article