Par le journal Eclairages

Le garde des Sceaux a prélevé sur le revenu pétrolier destiné à l’Ecole Nationale de Formation Judiciaire (ENFI), une bagatelle de 180 millions FCFA. Depuis lors le personnel de l’ENFJ et les étudiants en formation trainent des mois d’arriéré de salaire et de bourse. Et, la formation militaire des élèves magistrats, greffiers et agents pénitentiaires ne peut avoir lieu, faute d’argent. Une enquête du journal Eclairages, le 3ème œil.


Avant de prendre les rênes du Ministère de la justice et des droits de l’homme, Mahamat Issa Halikimi possède déjà un sacré pedigree. En effet, l’homme traine plusieurs casseroles derrière lui. Pour le souvenir des esprits bien en point de l’actualité, cet instituteur, éphémère ministre de l’environnement et des ressources halieutiques dans le gouvernement Kalzeubé Payimi Deubet I s’est rendu responsable d’une indélicatesse financière. La mission de contrôle du ministère de l’assainissement public lui a imputé la responsabilité de la disparition de quelques 34 millions FCFA. Il a reconnu les faits et s’est engagé à rembourser.


Un professeur nommé à la tête de l’ENFJ en place d’un magistrat


Mais comme au pays de Toumaï les détourneurs de fonds publics ont la baraka et le vent en poupe, Mahamat Issa Halikimi est propulsé en septembre 2014 Ministre de la justice et des droits de l’homme. A la chancellerie, Halikimi s’est signalé par des actes qui frisent le bon sens. Il y a comme un vent de clanisme et de clientélisme qui plane sur le ministère. La quasi-totalité des postes de direction sont confiés par l’instituteur aux parents, aux copines et aux amis du soir sans aucune compétence avérée. C’est le cas de la nomination de Ahmat Daoud Tchari à la tête de l’Ecole Nationale de Formation Judiciaire (ENFJ). Contrairement à l’esprit et à la lettre de l’article 4 du décret 11-1251 du 14 novembre 2011, portant organisation et fonctionnement de cette structure de formation des magistrats et auxiliaires de justice, qui exige la nomination d’un magistrat comme Directeur Général de l’ENFJ, le Garde des Sceaux, Mahamat Issa Halikimi nomme son parent professeur d’université.


Le revenu pétrolier pour l’ENFJ sert à rembourser


Ce n’est pas tout, cette nomination n’est guère fortuite. Elle aurait permis à l’illustre ministre de la justice de ponctionner sur le revenu pétrolier destiné à l’ENFJ (180 millions FCFA). 14 millions FCFA lui servira pour solder une partie de sa dette du ministère de l’environnement et la grande partie serait distribuée aux responsables de l’ENFJ et à quelques directeurs de la chancellerie. Question de leur acheter le silence.


Des arriérés de salaire et de bourse à l’ENFJ


Conséquences. Les activités de l’Ecole nationale de formation judiciaire (ENFJ) prennent un sérieux coup. Le personnel et les étudiants trainent deux mois d’arriéré de salaire et de bourse. La formation militaire des élèves magistrats, greffiers et agents pénitentiaires est en stand by….lire la suite sur Presse Tchadienne.

 

 

274 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article