Selon nos informations, les agents de la police municipale, toutes catégories confondues, sont frustrés.

En effet, le reversement des agents municipaux au corps civil est dû à cette frustration. La plupart de ces agents, sont soient reversé, soient partis à la retraite par anticipation. Tout cela est dû aux nominations par affinités et clientélisme de leurs chefs hiérarchiques.

Le constat est clair. L’attitude de l’équipe actuelle dirigée par le directeur et son chef de corps est non seulement mafieuse, mais intellectuellement nulle. Pour exemple, les comportements de chef de bureau actuel, le chef de service gestion des carrières et celui d’un certain capitaine surnommé keblos servent d’exemples pour les frustrés. Ces personnes citées ont demandé à être reversées parce qu’elles avaient marre de la situation, et certainement elles ont raison.

Comment concevoir que quelqu’un qui n’a même pas un niveau du CM2 occupe un poste de responsabilité et reçoit des avantages à leurs dépens alors que le plus diplômé d’entrée ces chefs n’ont que le niveau baccalauréat. Tous ces facteurs réunis poussent ces agents compétents et formés pour sévir la population à claquer la porte. Si les autorités actuelles veulent réellement changer l’image de ce corps, ils doivent faire un changement total du sommet à la base et vous verrez que ce corps redeviendra comme celui d’avant. Nommé des personnes illettrées, parce que soutenue par de hauts responsables qui interviennent en leurs faveurs n’est pas une solution.

Le Maire est interpelé pour faire ce changement pour le bien de la population et surtout pour une bonne image de ce corps longtemps décrié par cette pauvre population.

Prenons l’exemple de ces anciens lésés qui ont une expérience de plus de vingt ans (20 ans) ou trente ans (30 ans) et qui sont lésés par de nouvelles recrues qui n’ont même pas une ancienneté de cinq ans (5 ans). C’est ceux-là qui reçoivent des avantages en gardes et postes de responsabilité. Ces nouvelles recrues, une fois nommées et responsabilisées, humilient les anciens parce qu’ils sont chefs. Il faut impérativement un changement radical et cela est de la prérogative du maire de la ville de N’Djamena.

Pour information, le chef de corps adjoint actuel, l’adjoint au chef de la section mobile (SMIR), les anciens chefs de corps peuvent moralement diriger ce corps. Pour le salut de la police municipale et la bonne image de cette institution, le maire doit faire un changement radical et promouvoir les hommes qu’il faut à la place qu’il faut.

Nous réitérons une fois de plus notre appel aux autorités municipales et à leur tête le Maire de la ville de Ndjamena pour que la police municipale devienne comme celle d’avant. La passivité des autorités concernées va donner quitus à ces arnaqueurs sans foi ni loi.

Tchadanthropus-tribune

546 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire