De sources dignes de foi, les bruits de bottes se font encore sentir dans le Tibesti.

Selon nos informations, le ministre délégué à la Défense Abali Salah tient mordicus à instaurer l’autorité de l’état dans la zone, mais le problème épineux reste la région de Miski où le gouvernement d’Idriss Déby n’arrive pas encore à concilier les fils de la région dans un intérêt mutuel. L’arrivée du ministre délégué à Kouri Bougoudi a mis en alerte le comité d’auto-défense qui soupçonne une attaque sur ses bases.

Arrivé à Kouri-Bougoudi, Abali Salah avait tenu simultanément deux réunions. Une réunion dans la matinée de sa venue et une autre dans la soirée après avoir recueilli les fiches d’informations mises à sa disposition. Il aurait fait comprendre en des termes musclés et fermes avec plusieurs officiers supérieurs et des généraux de l’armée sur l’aspect affairisme qui prédomine les faits de certains officiers sur la recherche de l’or. Le point suivant concerne la réquisition des véhicules des civils orpailleurs qui viennent opérés sur place malgré l’injonction du gouvernement. 47 véhicules seraient confisqués à leurs propriétaires venus de la région de Tiné et Bao.

L’autre aspect de cette visite au nord est de mobiliser l’armée et recenser une partie qui ferait l’expédition en Libye. Il se dit qu’Idriss Déby veuille envoyer un corps expéditionnaire en Libye pour accompagner le maréchal Haftar dans sa conquête difficile de Tripoli. Il faudrait mobiliser entre 1500 à 2500 hommes, si ce n’est déjà fait. Une telle expédition doit mobiliser de la logistique en prenant en compte l’aspect Boko Haram, et les colères internes à l’armée.

Cette expédition est étudiée avec les paramètres des présences des rebelles tchadiens en Libye. C’est pourquoi avant d’y aller, une source affirme que le ministre cherche à établir un contact sûr avec le CCSMR, afin de faire rallier une partie de ses combattants. Chose qui n’est pas aisée et facile par ce temps.

De son côté le CCSMR ne voit pas d’un bon œil une expédition en terre libyenne, car il n’exclut pas une attaque contre ses bases.

Sur le plan interne, nos sources affirment que Abali Salah n’a pas la tâche facile pour la simple raison que la confiance que lui accorde Idriss Déby fait des jaloux. Des responsables bien identifiés travaillent en amont pour lui savonner le plancher, et ne pas le voir réussir certaines missions. Alors que normalement dans un gouvernement on se doit de rester solidaire pour atteindre l’objectif recherché.

Nous verrons avec attention comment évoluera la situation au nord, et en Libye dans les jours à venir.

Tchadanthropus-tribune

1374 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article