À l’heure où nous mettons ce papier en ligne, nos correspondants informent sur la nature de stratégie de l’armée de Déby dans le Tibesti. Une stratégie jusqu’à là qui a mal fonctionné parce qu’au sein même de l’armée, ses bras valides refusent d’aller se battre dans les cailloux du Tibesti.

Primo, parce qu’au sein de cette armée durement exploitée dans toutes les contrées africaines, ses hommes se rendent comptent qu’ils ont affaire à des civils réclamant leurs droits.

Deuxio, parce que beaucoup de ceux qui sont appelés pour aller se battre ont des parents ou des sympathies avec les fils de la région, personne ne voudrait avoir sur la conscience des crimes faits pour entretenir une dictature vorace, avide d’enrichissement.

Tertio, les langues commencent à se délier sur la mauvaise répartition des richesses du pays sur la population en général, et les fils d’une région où les richesses sont constatées en particulier.

Quarto, beaucoup des officiers ont en mémoire les pertes face au MDJT de l’époque. À force d’exiger une réédition de la population organisée en comité d’auto-défense, on poussera les Toubous vers une structure politico-militaire qui compliquera la donne. Les niaiseries sur fond d’accusation djihadiste ne portent pas, et ne peuvent pas porter. L’effet boomerang sera désastreux pour le régime Déby.

De sources concordantes, depuis ce weekend, l’armée de Déby commence par battre en retraite. Ces informations émanent des responsables du comité d’auto-défense dans le Tibesti. On constate un retrait des forces et des blindés de certaines zones. Cette guerre menée par orgueil n’a emballé ni sur le plan national, moins encore à l’international. David aura-t-il raison de Goliath ? On verra à terme, car il ne faut pas vite s’enorgueillir, mais les Tchadiens retiendront cette fois que face à toute adversité la détermination des hommes dans la foi et la recherche de leurs droits, finie par une raison, qu’importe la nature, mais les 1ers résultats, sont là.

Mais qu’on se le dise, dans notre pays toute chose dans sa contestation de fond, doit revêtir un sceau national, c’est dans cet ensemble-là que la force sera motrice d’élan et de courage, mais pas autrement. La suite sera traduite après le retour d’Idriss Déby d’Israël et dans les semaines qui suivront.

Comme toujours, les politico-militaires viennent de rater une occasion de se révéler à l’adversité et de traduire les mécontentements dans les diverses régions du Tchad par une force revendicative de combat. Jusqu’à quand faudra-t-il attendre les conclusions des colères ? Personne ne fait le constat du temps, et du vent qui tourne, et qui ne se fige pas pour attendre l’icône d’hier, ou le héros d’avant hier. Il faut se bouger pour le bien du peuple, car aujourd’hui ne sera jamais demain. Pour l’instant vive le Tibesti.

Tchadanthropus-tribune

2343 Vues

  • @Dicko_00: RT @Tao_Lihyl: Le #Tchad est certainement le seul pays en Afrique ou un individu peut avoir un Char de combat ou un missile Sam 7 chez lui…

    Commentaire par SolAir le 27 novembre 2018 à 14 h 03 min