En intervalle de 4 jours, juste après l’incendie criminel du village d’Aouzou et sa palmeraie, un incendie de grande ampleur s’est propagé dans le camp militaire de Zouarké, brulant au passage le camp OPS de la zone et en faisant éclater l’intendance d’armement.

En 4 jours d’intervalle, on ne peut pas dire que cet incendie est involontaire.

D’après nos sources, le ministre de la Défense Abali Salah aurait dépêché une mission militaire afin d’évaluer la situation et coordonner l’aide nécessaire à la population du village d’Aouzou.

Depuis la Libye et les contrées de la zone, plusieurs bonnes volontés s’organisent pour aider les villageois d’Aouzou.

Tous les regards se tournent vers cette zone assez souvent tendue par rapport à la présence effective des rebelles tchadiens qui effectuent souvent des patrouilles loin de leurs zones au sud de la Libye, non loin de cette région.

S’agit-il d’un sabotage rebelle en prélude à une opération militaire ? Rien ne vient corroborer cette thèse. Mais un suivi d’incendie en continu et rapproché dans le temps laisse ouvrir plusieurs hypothèses, dans une zone où même l’armée de Déby sait qu’elle est malvenue, et se serre continuellement les fesses.

Tchadanthropus-tribune

845 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article