Moussa Faki ne rendrait pas la tâche facile au CMT. 

Partant, non partant, selon certaines indiscrétions l’actuel président de l’union africaine serait fortement intéressé par le poste du président de transition au Tchad.

Selon une source proche de l’U.A, Moussa Faki aurait fait un déplacement express il y a deux semaines vers le président Sassou Nguesso du Congo afin d’expliquer la nécessité de la mise en place d’une transition à la malienne avec un président civil qu’il aura à diriger lui-même. Sa présence à Paris en marge du sommet sur le financement des économies africaines lui permettra d’avoir des éclaircissements auprès de son lobby français.

Toutefois, les indiscrétions qui sont arrivées aux oreilles du CMT étaient mal appréciées.

C’est ce qui avait déclenché une mission d’information envoyée auprès des présidents rwandais, congolais, RDC, et Équato-Guinéen. La mission avait pour conviction de rassurer les chefs d’État des pays ci-haut cités.

Après le retour de la mission à N’Djamena, formellement quelques membres ont fait le déplacement de Paris pour le compte du même CMT.

5 jours durant, réunion après réunion, la délégation multiplie les rencontres et les réunions mêmes le weekend.

C’est dans cette atmosphère que le 1er ministre de la transition Pahimi Padacké et son ministre des Finances Tahir Hamid Nguilin sont attendus pour le sommet sur le financement des économies africaines, probablement ce lundi.

Le gouverneur de la BEAC Abbas Tolli sera aussi à Paris, mais sa visite n’a rien de commun avec le sommet en question.

C’est dire que la capitale française Paris devient en un laps de début de semaine, la plaque tournante de la politique diplomatique et financière du Tchad.

Tchadanthropus-tribune

1759 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire