Tchadiennes mes sœurs, Tchadiens mes frères,

Au nom de tous les compatriotes partageant les valeurs républicaines du Tchad et de valeurs humaines, de paix, de justice, de liberté, de progrès humain et de démocratie, J’appelle toutes les forces vives de la Nation, femmes, hommes, jeunes, vieux, de toutes les professions, les soldats de toutes les formations et de tous les grades à se lever dans un élan patriotique pour sauver notre Patrie en perdition.

Notre devoir de citoyen nous commande de nous mobiliser tous comme une personne pour préserver le Tchad en tant qu’Etat Libre, Souverain et démocratique. Il est de notoriété publique aujourd’hui que l’Etat Républicain est détruit par une gestion calamiteuse du pays pendant vingt-huit ans. Et la Nation Tchadienne s’achemine droit vers sa désintégration. Les seules questions que se posent les Tchadiens de tous âges sont : Où va le Tchad ? Comment sortir le pays de l’impasse où le MPS l’a conduit ?

La plus petite d’actions vaut mieux que mille et une dénonciations de crimes du criminel, autant de condamnations de crimes du criminel, autant de cris de détresse ou autres.
Les appels à la générosité et aux bonnes fois des gouvernants actuels n’apportent pas la réponse adéquate au chaos, politique, social et économique de vingt-huit ans au Tchad. Seule l’union dans l’action d’une majorité de ses citoyens peut sortir notre pays du précipice où le MPS l’a jeté et le préserver de tout inconnu. Ce message s’adresse au Peuple Tchadien tout entier, aux filles et fils du Tchad où qu’ils soient, plus particulièrement aux compatriotes, ayant choisi le métier difficile et périlleux d’armes pour servir la Nation et le Peuple :

Officiers, Sous-officiers et Soldats de l’armée nationale, des organisations politico-militaires de l’opposition, de la police nationale et d’autres corps paramilitaires. En ce moment où le bateau « TCHAD » ivre, navigue à vue sans repère dans un épais brouillard, tous les citoyens sous les armes doivent revenir à leur devoir de citoyen, leur première mission de la défense de la Nation et du Peuple. Aucun argument, politique, religieux ou d’autre nature ne doit autoriser le soldat ou le citoyen d’observer l’Etat régalien disparaître ou la Nation se désintégrer.

Officiers, Sous-officiers, Soldats de toutes les formations, vous devez prendre toutes vos responsabilités de garants de l’unité et de l’intégrité de la nation tchadienne, de sa forme républicaine, de sa laïcité.

Vous pourrez aider à changer le cours d’événements et contribuer à la construction de la Nation tchadienne à l’exemple de tous ces autres grands soldats qui avaient fait l’histoire de leurs pays et de l’humanité. Il suffit d’oser et avoir confiance en soi et au Peuple. Le Peuple aux forces illimitées accompagnera, ses filles et fils, vous les soldats. La Nation vous sera reconnaissante et vous appartiendrez à l’histoire.

L’histoire plusieurs fois millénaires de l’humanité nous enseigne que toutes les grandes Nations, ces puissances économiques et militaires qui gouvernent notre planète TERRE depuis de siècles, font et défont le quotidien et l’histoire de notre monde, sont des œuvres des soldats ayant pris conscience de leurs devoirs vis-à-vis de leurs patries et de leurs peuples à de moments cruciaux de l’histoire de leurs pays. Tout montre aussi que les soldats apportent toujours leur contribution pour la construction, la défense de nations et d’Etats à de moments des plus difficiles de leur existence.

Cet appel pour le sauvetage de la Patrie en perdition, venant du plus profond de moi-même, n’est pas le fruit d’une imagination politicienne machiavélique pour d’intérêts bassement égoïstes, sordides ou mercantiles. Il est dicté par mon devoir de citoyen et de soldat au service de la Nation et du Peuple Tchadien, ma conviction et ma foi dans la noblesse de la mission des armées, ma confiance dans les forces illimitées du Peuple pour vaincre les ennemis de la paix, de la liberté, de la justice et du progrès humain.

Tchadiennes, mes sœurs, Tchadiens mes frères, de tous les âges, de toutes les professions, nous devons arrêter de nous sous-estimer et avec l’attentisme de vingt-huit ans qui a fait tant de mal au pays et au Peuple, autre forme de trahison (selon certaines traditions) !

Tous les Peuples qui ont osé lutter pour la justice, la liberté, la dignité, l’épanouissement et leur bonheur ont fini par vaincre quelle que fût la puissance des forces de l’injustice et du mal ; le Peuple Tchadien ne fera certainement pas exception.

VIVE LE TCHAD UNI FORT DEMOCRATIQUE ET PROSPERE !

Le Général Mahamat Nouri Allatchi

Président de l’UFDD et de l’ANCD

 

 

1161 Vues

  • Comme quoi la vie nous fera voir de toutes les couleurs.Et croire que ce monsieur était le piler de la dictature Habré hier. Il a certainement disparaitre des milliers de tchadiens.
    Ce qui est certain, c’est qu’il n’acceptera jamais qu’un autre tchadien prenne les rênes du pouvoir. C’est d’ailleurs tout le problème que rencontrent les tchadiens en dissidence. Nous avons déjà vu les sarah, les gouranes et maintenant les zakhawa. Vous voulez que les gouranes reviennent encore ?

    Commentaire par Bandar le 27 novembre 2018 à 15 h 16 min
  • EN RÉPONSE AU COMMENTAIRE CI-DESSUS : SON EXCELLENCE LE TRÈS GRAND HOMME D’ÉTAT LE PRÉSIDENT HABRE EST SANS DOUTE UNE PROVIDENCE PAR RAPPORT À DEBY
    DÉMOCRATIE COMPARATIVE HABRE /DEBY

    Sous le régime de son Excellence Hisseine HABRE, le Tchad était plus démocratique qu’il ne l’est aujourd’hui sous celui d’Idriss DEBY avec une durée de presque trois décennies.
    En effet, un poids lourd du régime du Président HABRE, le défunt Ousmane ISSA et un grand homme d’affaires indépendant Addoudou ARTHUR se présentent aux élections, le premier fort du soutien du pouvoir et le second de sa prestige d’homme d’affaires, pour briguer le poste de maire de la ville de N’djamena.

    A la grande surprise de tout N’djamena et surtout des cadres du parti au pouvoir dirigé par le Président HABRE, l’homme d’affaire Addoudou ARTHUR remporte l’élection organisée par le Parti au pouvoir. C’est un fait, une réalité démocratique et au vue de cette acceptation des résultats issus des urnes, Son Excellence le Président HABRE ne peut être qualifié que d’un grand démocrate, un grand Homme d’État contrairement à DEBY se basant sur les faits et aux constats de 28 ans des mascarades.

    Que les « politiciens» nous éclairent sur l’organisation de cette élection sous le règne du Président HABRE. C’est un cas d’école de Démocratie!

    Sur le plan militaire, sous HABRE malgré qu’il un cadre de l’Administration et non de l’Armée, HABRE a commencé à organiser l’Armée. Il n’a pas nommé une pléthore des généraux et autres officieux. Un fait il commencé par nommer, après casernement et formation, quelques commandants qui commandaient des Zones. HABRE A HONORÉ L’INSTITUTION MILITAIRE et deby a déshonoré cette L’INSTITUTION MILITAIRE.

    Sur le plan gestion de ressources financières, personne ne pouvait détourner les deniers publics, contrairement avec DEBY durant ses 28 ans des détournements des biens. Sur le plan gestion administrative aussi il n’y a rien de comparable.

    En fin, pourquoi le Président HABRE n’a pas voulu l’exploitation du pétrole ? En tout cas malgré les faibles ressources dont disposait l’État, il y a eu le passage du demi – salaire au plein salaire des fonctionnaires. Le Tchad était effectivement en plein progrès.

    Bref, il n’y a rien de comparable… !

    Commentaire par Des faits le 27 novembre 2018 à 18 h 43 min
  • Pourquoi vous voulez rester là a comparez Habré et Deby? Ces 2 hommes ont tués plus que tout Tchadien. je vous en prie, voulons nous que le Tchad avance? Alors changeons de façons de voir? Cessons de ne revendiquer des bonnes grâces que pour notre ethnie. la restauration du Tchad commence par le départ de deby du pouvoir!!!
    Veillons!!!!

    Commentaire par kereta le 28 novembre 2018 à 6 h 53 min
  • Une fois de plus, le lenteur de mon texte n’a regardé que le mot HABRE. Personnellement, je voulais parler de NOURI. Habré a été un grand homme d’Etat. C’est incontestable et tout le monde le lui reconnaît cette mérite. Il doit certainement avoir beaucoup de regrets pour avoir massacré son peuple. A entendre le cieur, on dirait qu’i était dans la bonne grâce de la dictature de Habré. Dans ce cas, ça sera difficile pour lui de comprendre nos douleurs après la disparition des nôtres. C’est un chapitre clos, seulement on déplore le retour de toutes les petites mains qui ont exécuté les ordres du grand Habré. Et sans risque de me tromper, Nouri en faisait partie. C’est curieux et bizarre qu’il appelle aujourd’hui tous les tchadiens pour un sursaut national même les orphéliens qu’il a lui même fabriqués.

    Commentaire par Bandar le 29 novembre 2018 à 8 h 24 min