Au Tchad, les collectifs des avocats chargés de défendre des personnalités emprisonnées dans des affaires de corruption ont donné une conférence de presse jeudi 8 novembre pour réclamer leur libération. Ahmadaye al-Hassan, ancien ministre en charge de la Moralisation, arrêté fin décembre, est toujours détenu alors que les juridictions ont pointé plusieurs vices de procédure. Une autre personnalité, Mahamat Zène Bada, ancien directeur général des grands projets présidentiels, arrêté pour détournement, est à l’article de la mort. Le collectif des avocats réclame la libération de ces deux personnalités.

Les avocats avaient deux messages. D’abord rappeler qu’il n’est pas normal que ces deux personnalités continuent à croupir en prison sans raison valable. Pour l’ancien ministre de la Moralisation Ahmadaye al-Hassan, il y a beaucoup de vices dans la procédure. Même si on doit reprendre l’instruction, lui et les fonctionnaires arrêtés au même moment doivent êtres relâchés, indiquent-ils.
Sobdibé Zoua
Avocat d’Ahmadaye Al Hassan.

L’Etat gagnerait en reconnaissant les erreurs judiciaires…

 
09/11/2012 par Madjiasra Nako

 
Toujours selon les avocats, l’ancien directeur des grands projets présidentiels, Mahamat Zène Bada, doit aussi être libéré. Il a été mis aux arrêts sans une plainte. Mais c’est surtout son état de santé qui plaide pour sa libération.
Diabétique et ayant perdu l’usage de ses deux jambes, il a été transporté de la prison à l’hôpital. Plusieurs médecins ont recommandé son évacuation à l’étranger pour des soins appropriés. Mais jusque-là, il n’a pas été autorisé à quitter le territoire.
Contacté par RFI, le bureau du procureur rappelle que ces personnalités ont introduit des recours qui ont été rejetés par la Cour suprême et dit s’en tenir à la décision de cette cour.

Source RFI 

235 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article