Par deux fois selon nos informations, le ministre des Affaires étrangères aurait fiché la délégation du Tchad à l’UNESCO à Paris arguant son inutilité et le budget qu’elle ingurgite annuellement. Et par deux fois la fiche n’aurait pas reçu d’écho, car dans le parafeur où il fut introduit il n’y avait pas de réponse. Mais le ministre des Affaires étrangères en fait son problème personnel. Il n’y a pas de deux sans trois ditons. À Paris, la délégation fut mise au courant par ses entregents sur place à N’Djamena. Panique totale, incompréhension et étonnement. “ Comment ça nous ne servons à rien ? Qui a fait le travail de reconnaissance par l’UNESCO au patrimoine mondial de nos sites ? Comment le travail a été fait avec nos collègues de N’Djamena ? Nous travaillons dur avec les instances internationales pour rehausser l’image du Tchad. Qu’on vienne voir ici ce que nous faisons avant de nous juger virtuellement “. Contacté sur place par nos correspondants, aucun personnel ou cadre de l’institution n’a voulu répondre. Aux affaires étrangères à N’Djamena non plus aucun commentaire avec les dernières mutations. “ C’est Idriss Déby seul qui décidera “ réplique un secrétaire apparemment trop virtuose qui adore les micros. Présidence et omnipotence bien évidemment il est le seul à décider. Attendez, vous verrez.

Tchadanthropus-tribune

1485 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article