De sources bien renseignées, la PSI qui est au centre de l’actualité dernièrement se retrouve encore sur les feux de projecteurs.

D’après nos sources, les deux regroupements de PSI stationnés à la frontière entre le Tchad et le Soudan ont été ordonnés de revenir vers N’Djamena afin que l’ensemble de leur armement ne puisse subir une révision. Le message fut envoyé au groupement installé vers la ville de Sido.

Ces deux groupements de PSI viennent s’y ajouter au groupement PSI anti-terroriste qui a été désarmé ces derniers jours à N’Djamena et dont leurs armes furent perquisitionnées et gardées au MB dont Oumar Déby est le 1er responsable.

Les unités stationnées vers le nord du Tchad au Tibesti aux environs de Wour n’ont pas reçu l’ordre de revenir vers la capitale.

Certains compatriotes avertis aux faits se posent la question. Est-ce sûr que les 3 regroupements instruits pour faire route vers N’Djamena ne seront pas aussi désarmés comme l’unité PSI de N’Djamena ? Quelle est la raison de cette instruction ?

Beaucoup d’observateurs affirment que ces faits seraient en relation avec les déclarations du capitaine Nassour qui avait peint le régime d’Idriss Déby au vitriol.

Tchadanthropus-tribune

2307 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article