Ce texte vise à interdire de manière permanente l’entrée sur le territoire américain aux ressortissants de sept pays jugés, soit hostiles aux États-Unis, ou bien considérés comme liés ou menacés par le terrorisme (Corée du Nord, Iran, Libye, Somalie, Syrie, Tchad et Yémen). S’ajoutent à la liste des responsables vénézuéliens. Cette victoire n’est cependant pas encore définitive. La Cour suprême impose l’application du texte pendant l’examen au fond par des cours d’appel fédérales à la suite de blocages par des juges fédéraux. Une décision prise en attendant l’examen des recours devant les cours d’appel de Hawaï (le 6 décembre) et du Maryland (le 8 décembre).

La troisième version de ce décret très controversé avait été suspendue le 17 octobre, la veille de son entrée en vigueur, par un juge de Hawaï. Celui-ci avait estimé que le texte peinait à démontrer en quoi l’entrée autorisée à plus de 150 millions de ressortissants étrangers des pays visés «nuirait aux intérêts des États-Unis». Un juge du Maryland avait également bloqué la mesure.

 

Qu’est-ce que notre peuple a fait pour mériter cela ? Pourquoi veuille-on imputer au peuple tchadien la responsabilité pénale de certains voyous qui posent des actes illicites ? En adoptant ce décret, ce sont nos compatriotes qui sont perdants, car parmi eux se trouvent des étudiants qui ne pourront pas à l’instant aller vers les USA, des hommes d’affaires qui n’ont rien à voir avec la politique, et qui se verront bloquer dans leurs démarches.

 

Comment un pays comme le Tchad cité plusieurs fois dans l’effort de lutte contre le terrorisme se trouve dans l’index des Américains ? Pourquoi l’accusation formulée envers le régime tchadien ne désigne de manière formelle et pénale la faute ? Pourquoi tout un peuple se trouve sanctionner par les faits posés des responsables irresponsables ?

Les Tchadiens ne doivent pas subir cette gabegie et accepter que le nom de leur pays soit sali de la sorte. Ce n’est pas eux de payer l’arbitraire des autres.

 

Tchadanthropus-tribune

1399 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article