L’Ambassadeur a commencé par exprimer sa gratitude envers les autorités tchadiennes et le peuple tchadien pour leur accueil chaleureux et leur hospitalité. Il a souligné que chaque fois qu’il rencontre des Tchadiens, il est traité comme un invité d’honneur, ce qui témoigne de la gentillesse et du respect profond des Tchadiens envers les étrangers.

Il a ensuite évoqué les défis auxquels est confronté le Tchad, notamment la question de la pauvreté qui touche une grande partie de la population.

« Ce qui définit le Tchad pour moi, c’est la manière dont les gens travaillent dur. Mes excuses à mes amis V-8 — dont beaucoup travaillent dur également — je ne parle pas de notre tribu.   Je veux parler des 85% des Tchadiens qui vivent sous le seuil de pauvreté ; ceux qui vivent avec moins de cinq dollars par jour. »

L’Ambassadeur a salué le travail acharné des Tchadiens, des agriculteurs aux éleveurs, des travailleurs manuels aux mères qui veillent sur leurs enfants tout en travaillant. Il a souligné que le Tchad a besoin d’un système qui récompense ces travailleurs acharnés et leur permet de bénéficier des fruits de leur labeur.

« Par dessous tout, les personnes les plus travailleuses au Tchad … vos mères, nos mères, qui travaillent toute la journée mais qui trouvent le temps et l’énergie de nourrir leurs enfants en plus de toute autre personne qui se présente affamée.  Le défi fondamental que je vois au Tchad est que le pays ne récompense pas ceux qui travaillent le plus dur.  Le Tchad que nous voulons tous voir va se réaliser lorsque tous ces travailleurs acharnés jouiront des fruits de leur travail. »

L’Ambassadeur a également évoqué l’importance de la démocratie dans le développement du Tchad. Il a rappelé que la démocratie repose sur le consentement du peuple et sur le fait que les gouvernements doivent servir leur peuple.

« Je refuse – et nous refusons – l’idée que le Tchad n’a pas besoin d’une démocratie complète ou qu’il n’est pas prêt pour une démocratie complète. En plus d’être optimistes, nous avons aussi un coté pragmatique. La République du Tchad a été dominé par des hommes armés depuis l’indépendance et a été dans une sorte de rébellion depuis l’année où je suis né. Les résultats sont clairs ; le Tchad est devenu l’un des pays les plus pauvres du monde, beaucoup plus pauvre qu’il ne devrait l’être vu le talent et l’application de son peuple. Je pense que le Tchad peut mieux faire. »

Il a souligné que la démocratie est un principe universel et que le Tchad est prêt à relever le défi de la démocratie complète. Il a exhorté tous les acteurs politiques et la société civile à s’engager dans la construction d’un État démocratique qui reflète la diversité culturelle du Tchad.

« Un Etat qui est l’expression des cultures diverses du Tchad, de son histoire riche et de ses ressources humaines … un Etat qui est aussi fort et vibrant que son peuple … c’est tout ce dont le Tchad a besoin pour prospérer, un État qui montre les meilleurs anges de la nature du Tchadien qui sont si abondamment claires pour un visiteur américain. »

L’Ambassadeur a conclu son discours en exprimant sa fierté de représenter les États-Unis au Tchad et en affirmant son engagement à soutenir le peuple tchadien dans ses efforts de développement et de consolidation démocratique. Il a souligné que le Tchad est devenu sa deuxième maison et qu’il est impatient de continuer à explorer et à connaître davantage le pays.

MALICK MAHAMAT

Tchadanthropus-tribune avec Alwihda info

1482 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire