A travers une conférence de presse faite, ce samedi, 08 avril, le nouveau président de l’Association des victimes de crimes du régime de Hissène Habre, Adoumbaye Dam Pierre plaide pour l’accélération du processus d’indemnisation des victimes.

Une heure, c’est le temps qu’a duré la conférence de presse qu’a animée le nouveau bureau exécutif de l’Association des victimes de crimes du régime de Hissène Habré, ce samedi, 08 avril 2023, au siège de ladite Association. L’Objectif de cette conférence de presse, montrer la nouvelle configuration du bureau dirigeant de l’Association, faire l’état des deux jugements rendus en faveur des victimes des crimes de Hissène Habré.

 

Qu’il s’agisse des décisions prises par la Cour criminelle spéciale de N’Djaména ou celles de la Chambre africaine extraordinaire, « force est de constater que ces décisions sont restées sans suites », se plaint Adoumbaye Dam Pierre, le nouvel homme fort de l’Association de crimes du régime de Hissène Habré, qui considère son prédécesseur comme l’un des responsables de cette situation. Car selon lui, ce dernier ne se préoccupait que de ses propres intérêts.

 

Face au retard constaté dans la mise en place du fonds fiduciaire, Adoumbaye Dam Pierre s’inquiète et plaide auprès de l’Union africaine, pour qu’elle fasse venir à N’Djaména les membres du Conseil d’administration de ce fonds. Aussi, il suggère que ceux-ci soient appuyés par d’autres personnes comme le collectif des avocats, les représentants des associations des victimes et bien d’autres.

 

Mais déjà, les victimes remercient le président de transition pour les efforts  qu’il ne cesse de fournir en leur faveur. Et aussi, le collectif des avocats de Dakar, le collectif des avocats du cabinet du bâtonnier Maître Djerandi Laguerre, qui ont apporté conseil, orientation et assistance durant ces procès

Le Tchadanthtropus-tribune avec Tchad info

1713 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire